samedi 17 novembre 2018

Le fantôme de l'opéra - Christine Beigel d'après Gaston Leroux, illustrations de Christel Espié.

Éditions Gautier Languereau, 2017.




  Rien ne va plus à l'Opéra. Le rôle de Marguerite dans le Faust de Gounod cherche une nouvelle voix suite au désistement mystérieux d'une première diva. Christine Daaé  est appelée pour la remplacer, son chant divin émerveille les spectateurs. Hélas elle disparait subitement. Raoul de Chaligny, éperdument amoureux d'elle, tente de la retrouver. Serait-elle perdue dans les bras... du fantôme de l’Opéra?
  


***


  Terminons le challenge Halloween avec un célèbre fantôme de la culture hexagonale : Erik, le fantôme de l'opéra. Le célèbre roman feuilleton de Gaston Leroux a engendré à sa suite une file d'adaptations cinématographiques, télévisuelles, scéniques et musicales. Comme tout grand classique qui se respecte, l'ouvrage a également eu droit à ses transpositions à hauteur du lectorat jeunesse, dont ce très bel album est issu.



  L'histoire est restée la même : A la fin du XIXième siècle, l'Opéra Garnier est le théâtre d'étranges événements... on le dit hanté! La Carlotta, cantatrice vedette, se trouve brusquement indisposée, laissant son rôle de Marguerite dans Faust entre les mains d'une doublure de dernière minute : la jeune Christine Daaé. Christine éblouit le public mais la Carlotta ne supporte pas l'idée de se voir voler le premier rôle... c'est sans compter sur le fantôme de l'opéra, car il existe et est bien décidé à faire de Christine la nouvelle étoile de la scène. La jeune Christine le rejoint régulièrement, à demi-hypnotisée, dans les souterrains du palais Garnier pour répéter son chant... le fantôme, mystérieux homme masqué, serait-il amoureux d'elle? C'est également le cas du vicomte de Chagny, bien décidé à découvrir quelle ombre malfaisante tourne autour de sa promise...


  On le disait plus haut : les adaptations pour la jeunesse de classiques de la littérature sont monnaie courante. Mais il faut reconnaître que si l'enjeu est louable (mettre les plus grandes histoires à hauteur du jeune public), il n'est pas toujours à la hauteur des attentes ou de l’œuvre originale. Cette version du Fantôme de l'opéra sous forme d'album est une jolie réussite, en grande partie due aux illustrations de Christel Espié.


  Dans un style élégant qui évoque l’impressionnisme (certains traits ou même certaines scènes évoquent parfois Toulouse-Lautrec) ou le travail d'Hugo Bogo pour La dame de Pique publié chez Sarbacane en 2016, Christel Espié fait renaître le mythe de Gaston Leroux sous son coup de crayon velouté et des clairs-obscurs profonds. Les passages les plus célèbres de l'histoire sont ainsi superbement mis en image, dont, bien sûr, la scène du grand escalier et du Masque de la Mort Rouge. Le visage du fantôme, enfin dévoilé en ultime page, rappellera beaucoup le maquillage de Lon Chaney dans l'adaptation de 1925.


  Le texte reprend donc l'histoire originale en la simplifiant sous forme de 16 très brefs chapitres, à raison d'un par page. Chacun d'eux prend la forme de vers essentiellement en prose mais que Christine Beigel s'amuse parfois à faire rimer, pour ajouter une certaine musicalité. L'auteure cite également souvent des passages de Faust, l'opéra joué dans l'histoire, et dont les extraits sonnent ici curieusement justes...! Malgré ces quelques artifices bien employés, le texte souffre parfois de sa "sur-simplification" et laisse l'impression d'être très vite expédié. On vous rassure, cela ne gâche pas le plaisir de faire découvrir ce fantôme aux plus jeunes... ou d'en profiter soi-même.



En bref : Malgré un texte un peu inégal dû au travail de simplification du roman original (qui donne le sentiment d'être ici rapidement résumé), cette adaptation en album de l’œuvre de Gaston Leroux est portée par les superbes et envoûtantes illustrations de Christel Espié, véritables tableaux qui nous plongent avec talent dans la Belle Époque parisienne et le faste du palais Garnier.



 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire