mardi 27 décembre 2016

La Dame de Pique - A.Pouchkine, illustré par Hugo Bogo.

Пиковая дама, Pikovaïa dama, 1834 - Traduction de P.Mérimée, 1852 - Editions Sarbacane, 2016.




  Une nuit d'hiver, à Saint-Pétersbourg, cinq amis discutent du secret que détiendrait la vieille et richissime comtesse Anna Fedotovna : une combinaison de trois cartes gagnantes au jeu. Fasciné, Hermann, jeune officier pauvre témoin de la scène, décide de séduire la demoiselle de compagnie de la comtesse, afin de découvrir le secret... 




***


  Il n'y a pas que Dickens pour nous servir des fantômes en plein hiver! Avant lui, l'auteur Alexandre Pouchkine nous racontait déjà des histoires à faire peur dans des décors enneigés. Cet écrivain vu comme le fondateur de la littérature russe moderne déclina son talent dans de multiples œuvres, tant fantastiques qu'historiques avant de se tourner avec la même réussite vers la nouvelle. Cet album fraîchement paru offre l'opportunité de le redécouvrir sous une nouvelle forme illustrée.



  Comme souvent dans la construction des nouvelles fantastiques, celle-ci débute par une histoire rapportée : Au cours d'une partie de carte, le petit-fils de la vieille comtesse Fedotovna raconte que son aïeule aurait fondé toute sa richesse sur une combinaison de cartes toujours gagnante, secret qui lui aurait été délivré 70 ans plus tôt à Versailles par le mystique comte de St Germain. Hermann, jeune officier de modeste condition, se promet d'arracher ce secret à la vieille comtesse et ainsi devenir riche... Pendant ce temps, dans le palais d'Anna Fedotovna, la comtesse à moitié sourde et moitié aveugle fait vivre un enfer à ses domestiques, dont sa demoiselle de compagnie, jeune et effacée. Cette dernière noie son ennui dans la broderie et la lecture à la fenêtre de laquelle elle aperçoit un jour un jeune officier qui fait le guet au pied de la bâtisse. Chaque jour, le beau jeune homme revient au même endroit et, aux premiers échanges de regards entre les deux jeunes gens suivent les échanges de lettres... Mais on apprend vite que cet officier n'est autre qu'Hermann, qui par la séduction de la jeune fille, entend bien s'introduire dans le palais et voler le secret de la comtesse. Une nuit, ayant convenu d'un rendez-vous secret avec la belle demoiselle, il se cache dans la chambre d'Anna Fedotovna sans savoir que cela amènera sa chute...


  Si le début du récit renvoie effectivement à la construction habituelle des nouvelles fantastiques comme on les connait en Europe, l'auteur tient l'attention du lecteur tout d'abord par des thèmes aux relents de mystique savoureux (passé de la comtesse et rencontre avec le mystérieux comte de St Germain, figure historique déjà croisée dans Rouge Rubis et le tome 2 d'Outlander - décidément! ), puis par une construction très avant-gardiste, superposant la narration d'un chapitre à l'autre en reprenant certains événements communs, mais tout en suivant un autre protagoniste. Révélant progressivement certains éléments énigmatiques ou secondaires (qui est l'officier qui fait le guet au pied du palais, ou encore ce qui se passe pendant qu'Hermann s'introduit en pleine nuit chez la comtesse), cette narration nous achemine lentement vers les événements qui précipiteront la chute tant sociale que psychologique du personnage principal. Dans des décors opulents de palais impériaux et de salles de bal luxueuses, Pouchkine nous conte une histoire sur le jeu, l'amour et la cupidité, moyennant quelques apparitions fantomatiques et laissant planer le doute d'une malédiction inévitable...



  Si la qualité du texte n'était plus à prouver, encore fallait permettre une redécouverte à l'échelle de cette édition sous forme d'album, magnifiée par les illustrations du jeune Hugo Bogo. Né en 1989, ce peintre et dessinateur qui s'adonne autant à la BD qu'aux décors de cinéma et de théâtre signe ici une galerie d'images qui évoque avec faste et élégance la Russie Impériale du XIXème. Dans un style minutieux au détail qui évoque la peinture à l'huile, H.Bogo nous plonge dans des scènes hypnotiques de réalisme où l'on ne se lasse pas d'admirer les moulure et dorures des décors. Les dessins extérieurs font se côtoyer des palais éclatants et des paysages enneigés sous des prises de vue audacieuses, dont l'effet étourdissant est renforcé par une luminosité hivernale et quasi-aveuglante plus vraie que nature. On sent presque le froid nous saisir et le givre s'échapper des pages, tandis que l'on croit battre les pavés luisants de St Petersbourg à la poursuite de ses fantômes...


En bref : Une réédition illustrée bienvenue de ce classique de Pouchkine, magnifié par les illustrations glacées et pleines d'un saisissant réalisme d'Hugo Bogo. Des images enneigée et luxueuses, étourdissantes et resplendissantes, pour nous conter cette histoire de fantômes d'hiver.


2 commentaires:

  1. Waouh, quelle merveille ! Quelle belle trouvaille ! Je ne connaissais pas cet album ni même cette histoire mais je note tout de suite. Merci pour la découverte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai été saisi par les illustrations! La profondeur et les reflets sont d'un réalisme (ne serait-ce que cette scène du palais se reflétant sur les pavés humides dans la lumière rose du coucher de soleil, quel talent!)=D

      Supprimer