mardi 13 novembre 2018

Les nouvelles aventures de Sabrina - Une série Netflix de Roberto Aguirre-Sacasa d'après sa propre BD.



Les nouvelles aventures de Sabrina

(Chilling adventures of Sabrina)


Une série Netflix réalisée par Roberto Aguirre-Sacasa d'après sa bande-dessinée et le personnage de Archie comics,
Avec : Kiernan Shipka, Ross Lynch, Lucy Davis, Chance Perdomo, Miranda Otto, Michelle Gomez, Richard Coyle...

  Les nouvelles aventures de Sabrina imagine l’origine des aventures de Sabrina l’apprentie sorcière comme une sombre histoire axée sur le passage à l’âge adulte à travers l’horreur, les sciences occultes et bien sûr la sorcellerie. Sabrina lutte pour concilier sa double nature – mi-sorcière, mi-mortelle – tout en s’opposant aux forces du mal qui la menacent elle, sa famille et le monde des mortels. 

***

  La voilà enfin! Après un an d'attente, voici qu'est arrivée sur Netflix Les nouvelles aventures de Sabrina (titre français un peu facile et totalement trompeur puisqu'il donne à croire qu'il s'agit d'une suite, ce qui n'est pas le cas), adaptée de la BD Chilling adventures of Sabrina de Roberto Aguirre-Sacasa et Robert Hack, qui revisite le personnage de Sabrina l'apprentie sorcière à la sauce gothique. Rappelons-le : avant de devenir une sitcom pour ado à succès dans les années 90, Sabrina c'est avant tout un personnage secondaire de l'univers d'Archie Comics, un cycle de bandes-dessinées inventée dans les années 40 et devenue une véritable franchise depuis. Archie Comics, c'est d'abord Archie Andrews et toute sa bande, qui connaissent actuellement un retour sur le devant de la scène avec la série télévisée Riverdale de... Roberto Aguirre-Sacasa.


  Si le projet d'associer le personnage de Sabrina à l'univers de Riverdale s'est présenté très vite à l'esprit du réalisateur, cela aurait nécessairement fait pencher les scénarios dans le fantastique alors que la série avait déjà trouvé son public avec son univers de polar pulp. En outre, Roberto Aguirre-Sagasa était déjà l'auteur de la BD Chilling Adventures of Sabrina qui rencontrait un succès fulgurant dans les librairies... autant tabler sur une série entièrement consacrée au personnage, et qui mieux que lui-même pouvait s'en charger? Au départ, le projet était annoncé au programme de la CW (chaine qui diffuse Riverdale) avant d'être racheté par Netflix, rendant dès lors difficile tout cross-over entre les deux séries. Pas grave, la production ont décidé que les deux univers coexisteraient sans forcément se rencontrer, se contentant de clins d’œil de-ci de-là.



  Quasiment rien n'a filtré de toute l'année de tournage et de postproduction jusqu'aux previews officielles présentées dès début octobre, dont un teaser fredonné sur un "Happy birthday to you" très creepy, puis un trailer absolument détonant sur fond de chanson pop des années soixante. L'écart qui se creuse très vite entre la musique joyeuse et grésillante façon transistor et les images d'horreur à la Stephen King donne le ton quant à l'humour noir que nous réserve la série.



  Autant dire que Chilling adventures of Sabrina était attendu au tournant, mais voilà, la série réussit son pari sur bien des points. Elle est tout d'abord fidèle à la bande-dessinée sur plusieurs plans : Sabrina s'apprête à célébrer ses seize ans, anniversaire qui signera son entrée pleine et entière dans la confrérie des sorcières lorsqu'elle aura signé le livre de Diable au cours de la cérémonie du sabbat pour lequel ses tantes la préparent. Elle hésite entre le monde de ses amis mortels et le changement que son intronisation auprès du Royaume de l'ombre apportera dans sa vie, bien que cela ait été la volonté de feu son père le grand sorcier Edward Spellman. Dans l'ombre, une créature féminine démoniaque du nom de Madame Satan s'infiltre dans le monde des mortels pour conduire la jeune fille à sa perte. Sur cette toile de fond commune, l'équipe de scénaristes avec laquelle travaille R.Aguirre-Sacasa revisite ou complète certains éléments de l'histoire, élargissant un peu plus l'univers du comics pour l'adapter à l'écran.

Michelle Gomez interprète Madame Satan, qui s'infiltre dans le lycée sous l'identité d'une enseignante...

  Ainsi, la signature dans le livre du Diable ouvre désormais les portes de l'école des Arts Invisibles, une version diabolique de Poudlard où Sabrina devra être scolarisée. De nouveaux personnages sont créés, à l'image du Père Blackwood, bras droit de Satan qui semble avoir une place politique considérable dans la hiérarchie diabolique. L'univers lycéen ne s'arrête pas à Harvey Kinkle, le petit-ami de Sabrina, mais à sa bande de camarades au complet, où même les seconds rôles ont une place de choix loin des faire-valoir de la sitcom. Côté antagonistes, les rôles de la peste du lycée et de ses acolytes propres à tout bon teen movie qui se respecte sont redistribués du côté obscur : il s'agit des Weird Sisters, trois étudiantes sorcières particulièrement puissantes, orphelines et pupilles du monde occulte qui semblent bénéficier de traitements de faveur au sein de l'école des Arts Invisibles... et qui jurent d'en faire voir de toutes les couleurs à Sabrina...

Les "weird sisters" sous leurs meilleur... et moins bon profil... brrh

  Grâce à cette multiplicité de nouveaux éléments, la série peut s'enrichir de nombreuses intrigues secondaires qui se distillent et s'entremêlent au fil des dix épisodes de cette première saison. Si communauté mortelle et communauté démoniaque finissent par se confronter progressivement puis de plein fouet dans le season finale, les deux univers sont l'un et l'autre très largement développés dès le début de la série. R.Aguirre-Sacasa nous embarque totalement dans son monde occulte inspiré d'histoires de chasses aux sorcières, de magie wicca, et de cultes sataniques, inventant également traditions et rites qui servent de toiles de fonds et/ou rebondissements à plusieurs épisodes (à l'exemple de "la fête des fêtes", sorte de loterie annuelle qui a lieu pendant Thanksgiving, et qui sélectionne une sorcière qui devra être dévorée par les autres membres de sa confrérie. Bref, tout est normal!).


  Les événements qui sont racontés dans l'univers purement lycéen s'inscrivent dans une Amérique marquée par le mouvement me too : Sabrina et ses amies s'unissent face au patriarcat machiste et rétrograde malheureusement fermement installé dans leur école, incarné par un proviseur sexiste et des joueurs de foot absolument imbuvables (on vous rassure : ils finiront par passer un sale quart-d'heure entre les mains expertes de Sabrina et des Weird Sisters). Les deux camarades de Sabrina couronnent les accents engagés de cette série : Suzy incarne un des premiers personnages non-binaires de l'univers des programmes pour ados et Rosy, jeune noire américaine, milite pour le droit des adolescentes au lycée.

Sabrina et ses amis.

  Les personnages sont parfaitement incarnés par un casting de qualité. Comme dans tout remake, difficile de passer après des acteurs qui ont marqué toute une génération de téléspectateurs. Depuis près de vingt ans, Melissa Joan Hart était LA Sabrina, et fort est de constater que Kiernan Shipka assure à merveille sa suite dans le rôle titre. Tantôt forte, tantôt vulnérable, elle porte la série avec brio et malice. La preuve, d'ailleurs, qu'elle avait la bouille de l'emploi, son minois rappelle fortement celui de deux célèbres sorcières : Hermione de Harry Potter (Emma Watson) et Samantha de Ma Sorcière Bien aimée (Elizabeth Montgomery), non?


   Il en va de même pour les deux tantes : Hilda et Zelda, respectivement jouées par Lucy Davis et Miranda Otto. Leurs personnalités sont semblables à celles que laisse vaguement deviner la BD, mais surtout aux tantes de la série télévisée de 1997 : la première est la drôle de service et la seconde la sérieuse de la famille. Recontextualisées dans cet univers de sorcières maléfiques, cela donne une Zelda charismatique, froide et très stricte vis à vis des règles de l'Eglise de la Nuit (mais qui finira par s'attendrir et surprendra parfois tout le monde) et une Hilda timide, drôle malgré elle et un peu niaise (mais qui, là aussi, se révèlera plus intéressante qu'elle le laisse imaginer au départ). A leurs côtés au manoir Spellman : le cousin Ambrose, jeune sorcier assigné à résidence pour plusieurs centaines d'années et confident de Sabrina, joué avec sympathie par Chance Perdomo. Richard Coyle campe le Père Blackwood, grand prêtre satanique et parfois un peu ridicule tant il s'enveloppe de mystère à la façon d'un vampire tout droit sorti d'un film de la Hammer (on vous rassure : l'effet est volontaire) et Michelle Gomez (notamment connue pour avoir joué dans Dr Who) interprète quant à elle avec un talent évident une Madame Satan qui joue de ses faux airs de Lauren Bacall. Les deux actrices (ou acteur, concernant le rôle de Suzie, car il s'agit comme le personnage d'un comédien non-binaire) qui interprètent les amies de Sabrina sont particulièrement convaincantes et seul Ross Lynch peine à faire décoller son personnage d'Harvey au-delà du gentil petit-ami un peu trop candide de la sitcom, même s'il y a encore un potentiel prometteur.

Lucy Davis (Hilda - en haut) et Miranda Otto (Zelda, excellente! - en bas).

  Mais la grande réussite reste l'atmosphère de la série, son ambiance unique : alors que la BD était clairement située en 1961, l'adaptation semble se situer au XXIème siècle, mais un XXIème siècle qui se serait resté bloqué dans une époque transversale entre les années 50 à 90, venant ainsi rappeler dans le fond comme dans la forme à quel point le principe de remake, c'est d'aimer faire du neuf avec du vieux, et que la nostalgie est décidément à la mode sur le petit écran (Stranger things en est l'un des meilleurs exemples). Ainsi, on voit surtout des téléphones à cadran et les portables restent presque inexistants, les voitures semblent toutes sorties des années 80, et les costumes et coiffure évoquent les années 50 et 60. La bande originale, véritable carte de visite de la série, participe à instaurer cette ambiance de contexte temporel imprécis grâce à son mélange de titres de périodes différentes, alertant entre standards horrifiques et loufoques (Monster Mash), girls group des sixties (les Ronettes), Rock kitch (Blondie), et pop actuelle.


  Un mélange qui s'accorde aussi à merveille avec le ton de la série, qui s'affirme comme un savant mélange d'horreur et d'humour. Là où la BD ne s'illustrait que dans le très sombre, l'adaptation télévisuelle glisse une bonne dose d'ironie et de légèreté (le personnage du Père Blackwood, maniéré et loin d'être effrayant en mari infidèle adepte du martinet - ne vous inquiétez pas, vous comprendrez en fin de saison - mais aussi le détachement des personnages comme les réflexions des tantes face à la mort ou aux habitudes des mortels). Et là, d'un coup, cette série dark à l'humour noir assumé portée par une blondinette n'est pas loin de nous rappeler les aventures d'une célèbre tueuse de vampires...

 Cette scène, c'est le moment de la série où on tombe tous amoureux de Kiernan Shipka.

  Le comic-book était aussi un grand hommage aux films de genres des 60-70, hommage que la série continue de rendre dans ses multiples références et jusque dans les moindres petits détails de son univers, en l'élargissant même à la culture pop horrifique ou à la littérature gothique. La première scène dans le vieux cinéma Paramount est un énorme clin d’œil au clip "Thriller" de Michael Jackson, et les affiches punaisées dans la chambre de Sabrina sont les posters de vieux films d'horreur que les illustrateurs du comics ont eux-mêmes détournés en couvertures. Parmi les nombreux autres détails, citons encore la tenue portée par Sabrina lorsqu'elle rejoint les Weird Sisters, très similaire à celle portée par l'héroïne de Rosemary's Baby.


  De nombreux autres films, tel un jeu de cache-cache, sont à retrouver dans ce Sabrina : l'épisode "un exorcisme à Greendale" est évidemment un rappel du film l'Exorciste, avec notamment l'image de la maison dont les fenêtres diffusent un rayon de lumière blafarde. Dans le même épisode, la scène où on retrouve Harvey Kinkle allongé sur son lit avec casque aux oreilles est calquée jusque dans les moindres détails sur un passage du film Les griffes de la nuit avec Johnny Depp dans un de ses premiers rôles.



  Le manoir Spellman, splendide demeure gothique américaine (et funérarium, c'est charmant) aux abords de la forêt, a été copié sur une des plus célèbres maisons de la ville de Salem : la Maison aux Sept Pignons, dont l'auteur Nataniel Hawthorn a tiré un célèbre roman gothique. L'intérieur dissémine plusieurs clins d’œil au film Suspiria de Dario Argento (en particulier la verrière du salon ou les papiers-peints, similaires aux tapisseries étranges et hypnotiques du film).



  On pourrait poursuivre longtemps la chasse aux références : il n'y a pas un seul nom de famille, prénom ou enseigne qui apparaisse dans cette série et qui ne soit pas inspiré d'un roman gothique, d'un film d'horreur ou de la mythologie occulte. La série n'oublie pas pour autant son origine graphique et la rappelle dans un générique animé mettant en scène les illustrations issues du comic-books et dans lequel apparait même la toute première version de Sabrina illustrée dans les années soixante.



 En bref : On craignait une adaptation cheap et inutile, nous voilà punis d'avoir imaginé le pire : la première saison de Chilling adventures of Sabrina est un bonbon horrifique à l'atmosphère unique, portée par des interprètes au top de leur forme, et parsemée de références très bien utilisées. Ces dix premiers épisodes, addictifs, se dévorent comme des friandises d'Halloween, et on attend la deuxième saison avec impatience. Cette Sabrina 2018 est décidément plus ensorcelante que jamais!

... Allez, une dernière petite vidéo avant de la retrouver dans un an!




2 commentaires:

  1. En effet, les p'tits clins d'oeil sont sympas !! et ça change carrément de la série télé colorée et amusante!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et c'est autrement plus intéressant! Le remaniement apporté sur l'univers de base est particulièrement bien effectué et ce genre de références, personnellement, c'est tout ce que j'aime et qui pour moi apporte un vrai cachet :D

      Supprimer