samedi 11 août 2012

Les jumelles de Highgate - Audrey Niffenegger

Her fearful symmetry, Jonathan Cape Ltd, 2009 - Oh! Editions, 2009 - Editions France Loisirs, 2010 - Pocket, 2011.

Elspeth et Edie sont jumelles. Voilà déjà de nombreuses années qu'elles n'entretiennent plus aucune relation, sans que personne ne sache vraiment pourquoi. Edie a deux filles, jumelles également : Velentina et Julia, que leur tante a très peu connues. Quand cette dernière décède, c'est pourtant à ses nièces qu'elle lègue la totalité de ses biens, mais à l'unique condition qu'elles viennent toutes deux vivre au moins un an dans son appartement londonien, avoisinant le cimetière de Highgate... L'occasion pour les deux sœurs de voler de leurs propres ailes mais aussi de faire indirectement connaissance avec Elspeth, qui n'a peut-être pas totalement quitter les lieux...
Parallèlement, Robert, le compagnon de cette dernière, ne parvient pas à remonter la pente depuis son décès tandis que dans l'appartement voisin, Majirke doit endurer les tocs qui conditionnent la vie de son époux. Il ne manquait donc plus que l'arrive de Velentina et Julia pour que les habitants de l'immeuble se rencontrent et apprennent, au contact des uns et des autres, à remettre en question leurs croyances les plus profondes...


J'avais beaucoup aimé le premier roman de cette auteure, Le temps n'est rien (véritable coup de coeur!), et c'est pourquoi je m'étais lancé avec plaisir dans la lecture de ce second livre dont le synopsis me laissait espérer un digne successeur au 13ème conte de Diane Setterfield. Au final, même si Les jumelles de Highgate se laisse lire sans réel déplaisir, j'ai été plutôt déçu...

 Couvertures des éditions anglaise (poche), danoise, et française (grand format).

Car Audrey Niffenegger semble vouloir explorer plusieurs genres à la fois (thriller, fantastique, romance, comédie de moeurs...) en un seul roman ; cela aurait pu offrir des histoires très plaisantes et réussies... si elles ne provenaient pas toutes de la même intrigue! J'ai par exemple beaucoup aimé les passages relatant le quotidien de Majirke et de son époux, dont la vie est parasitée par ses nombreux troubles obsessionnels : cela aurait pu constituer un merveilleux roman a lui tout seul. Idem pour l'histoire plus sombre et fantastique des jumelles et de l'ambivalence complexe de leur relation, ou encore l'amour morbide de Robert pour la défunte Elspeth. Mais imbriquées les unes dans les autres, ces nombreuses intrigues donnent naissance à une histoire que j'estime un peu trop brouillonne. Quand au secret de famille que l'auteure révèle à la fin de son roman, je l'ai trouvé un peu trop convenu et prévisible et l'avais deviné dès le début!

Couvertures des éditions serbe, hongroise et croate.

En effet, le mélange des atmosphères  à l'opposée les unes des autres m'a laissé un goût amer et l'impression d'un énorme fouillis, hétérogène et indigeste. Malgré un postulat de base qui semblait donc plutôt alléchant et des couvertures étrangères plus tentantes les unes que les autres, ce deuxième roman se situe à mes yeux loin derrière Le temps n'est rien. Reste le cadre de l'intrigue qui sauve ce livre et le rend somme toute agréable à lire : le célèbre cimetière de Highgate, dont Audrey Niffenegger parvient à restituer avec brio l'atmosphère mystérieuse et gothique tout en fournissant une mine d'informations historiques passionnantes!

Le cimetière de Highgate...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire