dimanche 23 septembre 2018

Gourmandise littéraire de la divine Emilie: le cotignac des cuisines de Cirey


  Baba, macarons, Parfait Amour... Nous n'avons pas encore fini d'explorer les gourmandises d’Émilie du Châtelet, femme de sciences et de lettres des Lumières. Petit rappel : Émilie, longtemps restée dans l'ombre de Voltaire dont elle fut la maîtresse, était une femme avant-gardiste à plus d'un titre : scientifique et philosophe, elle était aussi une féministe avant l'heure dont les connaissances et les capacités intellectuelles surpassaient de beaucoup les hommes de son époque. La redécouverte de ses archives privées en 2012 a permis de la replacer sur le devant de la scène et de mettre en lumière qu'elle n'avait pas seulement été la muse de Voltaire mais, par bien des côtés, son pygmalion... et ce même si l'Histoire (ou ceux qui l'ont écrite) a depuis inversé les rôles.

 La marquise du Châtelet, d'après M.Loir.

  Émilie était aussi une femme de goût, dont la publication des archives a pu révéler un peu plus l'art de vivre au quotidien, en particulier en son château de Cirey. Or, en ce domaine, les archivistes ont pu mettre à jour les nombreuses factures alimentaires et le cahier de recettes du château, venant ainsi nous renseigner sur tout un pan de l'histoire domestique de la divine Émilie.
  Parmi ces feuillets, toute une page est consacrée aux confitures, dont une toute particulière : le cotignac...

  Mais parlons d'abord de confitures. Les toutes premières confitures apparurent probablement dans l'Antiquité : elle se préparaient à l'époque en cuisant des fruits dans du miel, du sirop, ou du vin ; il s'agissait davantage d'une méthode de conservation des fruits qu'une recette en elle-même. Ce n'est qu'avec le temps que la confiture est apparue comme une gourmandise à part-entière : le terme nait au Moyen-Âge ou à la Renaissance pour désigner toutes les confiseries cuites (dont les ancêtres des bonbons qui, préparés à l'époque à base de fruits et/ou de plantes, visaient un objectifs médicinal) avant d'être associé dès le XVIIème siècle à des pâtes à tartiner de fruits cuits.

 Planche de l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert.

  C'est au XVIIIème siècle que l'attrait pour la confiture telle qu'on la connait explose. En effet, les produits venus de Nouvelle France viennent affiner la recette "définitive" : le miel, jusque là utilisé, est remplacé par le sucre venu des colonies. Dès lors, la confiture devient un produit de luxe que l'on s'arrache dans les palais : pâtes de fruits, fruits confits, et confitures, ces mets aux confections très proches relèvent désormais du plus grand chic culinaire!


  Et le cotignac, me direz-vous? A la base, il s'agirait d'une gelée de coing inventée au Moyen-Âge dans la ville de Cotignac (Var), par un apothicaire d'après une recette médicinale antique. Il aurait perfectionné sa recette quelques temps plus tard, après s'être installé dans la ville d'Orléans où il l'aurait largement diffusée. Ainsi serait né LA spécialité de la ville, le cotignac d'Orléans, pâte de coing aussi appelée confiture d'Orléans, dans laquelle le fruit est mélangé à du vin doux et parfois à du colorant de cochenille pour lui donner une couleur rubis. 

  Mais comme toutes les recettes traditionnelles et autres spécialités régionales, celle du cotignac voyage et connait des évolutions. Ainsi, de la célèbre quiche lorraine sont nées quantités de quiches différentes par delà l'Europe ou encore, la traditionnelle madeleine de Commercy dut très tôt livrer concurrence aux madeleines de Liverdun. Il en va de même pour le cotignac, dont la recette s'est certainement transmise dès sa création de cuisinière en servantes, et de servantes en pâtissiers à travers le pays. 

  Aussi trouve-t-on une variante de la confiture d'Orléans dans le livre de cuisine du château de Cirey, un cotignac à base de vin blanc et d'épices, elles aussi rapportées des colonies de Nouvelle France. La recette ci-dessous reprend très fidèlement celle de Cirey en l'adaptant aux techniques de cuisson modernes.

 Cuisines du château de Cirey.

Ingrédients:

-1 kg de coings (épluchés, épépinés)
-1 kg de sucre semoule ou cristalisé
-jus d'un citron
-Clous de girofle en poudre
-Cannelle en poudre
-muscade en poudre
-gingembre en poudre
-25 cl de vin blanc

A vos toques!

Page des confitures dans le cahier de recettes du château
- Peler les coings, ôter le cœur, les pépins et les parties dures. Couper en quartier puis détailler en petits morceaux ou en tranches fines avant de les plonger dans une bassine d'eau additionnée du jus de citron (nécessaire pour éviter que les coings noircissent).
- Dans un faitout ou une bassine à confiture, porter à ébullition 25 cl de vin blanc puis y verser le sucre. Laisser le sucre fondre et se transformer en sirop puis ajouter les coings égouttés. Ajouter ensuite les épices : une cuillère à café de clous de girofle en poudre, une cuillère à soupe rase de cannelle, une cuillère à soupe rase de muscade, et une cuillère à café de gingembre.
- Laisser cuire une heure à feu très doux (voir au minimum) en remuant souvent. Pour vérifier la cuisson : verser quelques gouttes de la préparation dans une assiette, elles doivent figer immédiatement. 
- Retirer du feu puis homogénéiser la préparation en mixant grossièrement au mixer plongeant. Écumer la surface puis verser dans des pots en verre stérilisés. Fermer aussitôt puis laisser refroidir.

***

  Ne vous reste plus qu'à déguster cette confiture unique pour un petit-déjeuner digne de la plus érudite des marquises...

samedi 22 septembre 2018

Histoire de Madame de la Pommeraye - Diderot

Extrait de Jacques le Fataliste, 1765 - Folio classique, 2018.



  L’Histoire de Mme de La Pommeraye – l’épisode le plus célèbre de Jacques le Fataliste et son maître  – est un magnifique conte cruel. C’est le récit de la vengeance d’une femme trahie, qui fait cruellement payer à son amant libertin son désamour, en lui jetant comme appât une jeune prostituée dont il tombe malgré lui éperdument amoureux. Mais dans ce terrible jeu de manipulation, personne n’est vraiment celui qu’il semble être…
 
   Défense et illustration de la liberté des femmes à se faire justice elles-mêmes, plaidoyer en faveur de leur émancipation, ce texte est aussi le superbe portrait d’une femme indépendante. 


***

  Initialement chapitre parmi d'autres de Jacques le Fataliste et son maître, l'Histoire de Madame de la Pommeraye connait très vite une renommée et même une existence littéraire à part entière. En effet, cette "histoire dans l'histoire" (elle est racontée par une aubergiste chez qui Jacques et son maître font une halte au cours de leur voyage) est traduite et éditée en Allemagne sous le titre Exemple de la vengeance d'une femme, à peine quelques année après la publication française de Jacques le Fataliste. Elle sera également à l'origine de deux adaptations cinématographiques au cours du XXème siècle : Les intrigues de Madame de la Pommeraye, un film muet allemand de 1922, et Les dames du Bois de Boulogne, réinterprétation contemporaine de l'intrigue, sortie en 1945 et scénarisée par Jean Cocteau. Alors que vient de sortir en salles une toute nouvelle adaptation sous le titre de Mademoiselle de Joncquières, l'heure est plus que jamais venue de redécouvrir l’œuvre originale.

Les intrigues de Madame de la Pommeraye, film de 1922.

  Madame de la Pommeraye est une jeune veuve vertueuse, retirée du Monde, qui résiste depuis quelques temps déjà à la séduction du plus tenace des libertins, le marquis des Arcis. Mais ce dernier persiste et insiste tant et si bien que, au bout de plusieurs mois, l'objet de son désir finit par céder. Tous deux vivent un bonheur parfait, jusqu'à ce que la marquise sente la passion du marquis s'étioler. Feignant l'usure amoureuse, elle ouvre ainsi grand les portes de la confidence à son amant qui ne craint plus de lui avouer, lui aussi, ne plus éprouver de sentiment pour elle. Persuadé que la fin de cette passion est réciproque, il la quitte dans ce qu'il croit être désormais une amitié partagée. Mais Madame de la Pommeraye, derrière une attitude impassible, est dévastée et fomente sa vengeance. Elle a en effet eu vent de l'histoire d'une dame qui, après avoir perdu le peu de biens qu'elle avait dans un procès, s'est trouvé réduite à rejoindre avec sa magnifique fille une maison close pour y vivre tant bien que mal. Le plan de la marquise est simple et efficace : engager les deux femmes et les faire passer pour deux de ses amies auprès du marquis, pousser ce dernier dans le lit de la plus jeune et révéler publiquement sa véritable identité pour jeter la honte sur son ancien amant...


  Qu'on se le dise, on a là une histoire d'une modernité impressionnante et jamais démentie : le récit de Diderot a été considéré à sa publication particulièrement avant-gardiste en ce qui concernait son regard sur la position de la femme, et il se révèle donc aujourd'hui plus que jamais d'actualité. A travers le portrait de Madame de la Pommeraye, Diderot signe un véritable manifeste en faveur de l'émancipation du sexe que l'on considérait déjà à l'époque comme étant "faible"... à tord. L'auteur montre effectivement l'intelligence et la ténacité de la femme, implacable et cruelle si on lui porte préjudice, mais, plus encore, il défend ce droit à la vengeance ainsi qu'on aurait pu l'accepter d'un homme en pareil cas. De même, un homme qui enchaîne les maîtresses ne sera pas tant jugé pour son libertinage tandis qu'une femme qui cède à la pression d'un séducteur, elle, risquera le rejet social... Diderot réfute ces préjugés et porte sur les codes habituels du genre un regard révolutionnaire, le même que l'on retrouve dans son essai Sur les femmes, qui sert très pertinemment d'introduction à cette réédition.

Illustration de Madame de la Pommeraye et du Marquis des Arcis.

  Bien que la chute, des plus surprenantes, ne glorifie pas la vengeance (elle s'avèrera n'apporter aucune consolation, ni sérénité), on aura compris que Diderot ne fait pas le jugement de Madame de la Pommeraye pour autant. Mais alors, quel parti prendre? L'auteur laisse le lecteur se faire son opinion et tirer ses propres conclusions, sans donner réellement de morale à son histoire. La faute n'est rejetée sur aucun des protagonistes et tous sont tour à tour défendus par l'hôtesse de l'auberge (la narratrice), Jacques, ou son maître. On constatera en effet que Diderot dresse et présente la marquise, le marquis, et même la jeune courtisane, avec une égale bienveillance, faisant au passage de Madame de la Pommeraye la première figure littéraire dans le genre et une source d'inspiration majeure, entre autres, à la Marquise de Merteuil de Laclos et de ses Liaisons dangereuses.

 Édition du Livre de Poche.

  Enfin, n'oublions pas d'évoquer le style, un autre des plaisirs de ce roman : si on lui reconnait la formulation soutenue et la ponctuation précieuse des textes les mieux écrits de l'époque des Lumières, les dialogues sont habités d'une rare fraîcheur. Véritable jeu de paume plein de paraître et de suave intelligence entre les personnages, ils équilibrent l'aspect suranné de l’œuvre par leur ton vif et enlevé et donnent véritablement corps aux personnages. Si les interruptions par Jacques, le maître, ou les convives de l'auberge (qui forcent ainsi l'hôtesse à entrecouper son récit le temps d'accomplir sa besogne) donnent parfois l'impression de perturber le rythme du récit, elles ne sont jamais vaines : leur contenu, subtilement, insidieusement, participe aussi à orienter le jugement du lecteur...

Diderot

En bref : Conte à la fois moral et amoral (à moins qu'il ne soit ni l'un ni l'autre ?) l'Histoire de Madame de la Pommeraye a de nombreux mérites. Outre son style impeccable, ce récit est l'un des premiers à confier un tel rôle à une femme, celui de représenter et venger en son nom le genre féminin dans son entier, exemple initiateur de la femme qui s'émancipe à travers ses actes. Une œuvre phare à redécouvrir.

Somewhere in (Summer)time...




... Comme quoi tout arrive : voilà probablement le premier article saisonnier depuis longtemps à être écrit et posté dans les temps, soit pile au changement de saison! Alors que nous connaissons au Terrier les premiers froids automnaux, petit article récap' de cet été, car qui dit été dit vacances...

***

Somewhere in the 50's : Rockabilly day!


  Autant dire que les congés estivaux ont très bien commencé, puisque le premier weekend de vacances a été inauguré par notre participation à un topissime festival du rétro. Concerts, brocantes, voitures... Tout un weekend consacré aux décennies 40 à 60 et qui nécessitait bien qu'on fasse un petit effort vestimentaire. Pour la peine (bon, d'accord, pour le plaisir), nous avions revêtu nos tenues vintage les plus appropriées et, si nous n'étions pas les seuls à avoir joué le jeu, nous avons fait tourner de nombreuses têtes sur notre passage!


  Après un repas et de délicieux milkshakes dans notre diner favori, nous avons parcouru des couloirs d'étagères pleines à craquer de macramés, chaises pliables à motifs psychédéliques, nappes outrageusement fleuries, tapis à poils et fauteuils en rotin. L'impression d'être tombé dans un épisode de Chapeau Melon et Bottes de cuir ou une illustration de Fantômette par Josette Stefani...



***

 Somewhere in Paris...


  Puis les vacances ont très bien continué : à peine revenu des années cinquante, direction la capitale pour aider une amie à emménager (comprenez : déballer les cartons de livres, car elle a BEAUCOUP de bibliothèques à remplir). L'occasion de profiter de la vue depuis son nouveau chez elle, d'aller au théâtre, ou dévaliser les supermarchés asiatiques...

Nous avons trouvé des sortes de mikados au thé vert! Et euh... beaucoup d'autres choses...

  Puis j'ai retrouvé Cochette/Tinker Bell pour une aventure inédite au Palais Garnier : Un escape game à grande échelle organisé à l'intérieur du célèbre opéra, mettant en scène le fantôme du roman de Gaston Leroux. Sur le papier (c'est à dire sur les visuels, et dans les trailers), le concept avait tout pour plaire et même si je ne suis pas du tout fan d'escape games, l'idée de chasser les fantômes dans l'Opéra Garnier avait tout d'excitant. 




... Et puis bof. Bon, l'escape game était plutôt une énigme interactive, voir une sorte de chasse au trésor en live, ce qui me correspondait davantage, mais l'animation en elle-même m'a un peu déçu. Il y avait certes de l'idée : les énigmes, très enthousiasmantes, donnaient du fil à retordre, le jeu des acteurs avait du style... mais le scénario utilisait surtout le personnage du fantôme de l'opéra pour user du succès de l’œuvre de Gaston Leroux sur de faux prétextes, car la trame de fond de l'enquête n'avait strictement rien à voir avec le célèbre polar, et la présence du fantôme était totalement anecdotique. De plus, si on se doute que l'opéra ne pouvait pas être privatisé pour une telle activité, la foule de touristes rendait l'entreprise ardue, celle-là qui était déjà complexifiée par un nombre de participants trop important pour la rendre agréable. Les travaux de restauration dans l'opéra, enfin, complexifiaient les déplacements alors que le temps était compté.


  En fait, de façon totalement prétentieuse, j'ai l'impression qu'avec dix fois moins de moyens, mes acolytes et moi-même avons fait dix fois mieux cette années dans le genre enquête interactive en costumes (Rappelez-vous, je vous en parles ICI).


***

Somehere... here : Somehere in the kitchen

   Et puis voilà que les vacances se sont compliquées : une semaine après le début des congés, une bande de jeunes imbéciles en état d'ébriété (je dis cela comme si j'étais vieux, alors que je n'ai pas trente ans, et que les imbéciles en question étaient probablement plus âgés que moi, d'ailleurs...) a trouvé drôle de faire des dérapages nocturnes sur un parking et de percuter ma voiture, qui s'y trouvaient gentiment garée, avant de fuir la scène du crime tout feux éteints.

  Et là, c'est le drame : voiture remorquée, assurance contactée, présentation au poste de police pour déposer plainte... On pourrait croire que tout se solutionne très vite, mais non. Aussi, je ferai l'impasse sur l'absence de voiture de prêt avant le début des réparations (réparations qui viennent seulement de commencer... oui, oui, c'était il y a bientôt deux mois!) et donc l'absence de voiture de toutes les vacances, la police qui refuse de prendre ma plainte et m'accuse limite de raconter des bobards concernant l'accident, et l'expert qui oublie pendant plus d'une semaine de venir contrôler mon véhicule avant de refuser de prendre en compte tous les dégâts.

  Tout ça pour dire que j'ai passé la fin de mes vacances (une vingtaine de jours, les deux derniers tiers, oui, oui...) bloqué dans mon terrier perdu en pleine campagne sans possibilité de déplacement, contraint d'annuler tout mon programme d'été. Ce n'est pas comme si j'avais eu cruellement besoin de vacances cette années, en plus!


  Alors, oui, si je devais citer mes proche avec conviction, je dirais que "ce n'était que du matériel", et "qu'il y a bien plus grave" et qu'il fallait "positiver". Non mais oh, et puis quoi encore?! Soyons honnête : j'ai passé l'été à râler et fulminer sur les jeunes fous du volant, les policiers incompétents, et les experts automobiles dilettantes.  Pendant que je rugissais intérieurement, je n'ai rien trouvé de mieux à faire que tourner en rond tel un lion en cage, avant de finir par m'abandonner à la cuisine et à mon dernier joujou culinaire (un cuit-vapeur au micro-onde révolutionnaire), testant une à une toutes les recettes possibles : saumon et julienne de légumes, poulet et cœurs de sucrine tièdes, escalope et courgettes au curry...


  Puis j'ai testé plusieurs recettes de gâteau, dont le gâteau sablé anglais au cœur de lemon curd, et le Red Velvet Cake (ici sans glaçage), avant de me laisser inspirer par les scènes culinaires carrément ostentatoires de la série Please like me (chroniquée ICI), découverte cet été. Le second épisode m'a fait rêver de pain perdu toute la nuit avant que je me décide enfin à me lever à 5 heures du mat' pour conjurer le sort en cuisinant, puis, quelque jours plus tard, un autre épisodes m'a incité à m'essayer aux œufs à l'espagnol, une très bonne découverte.




  Et sinon, quoi d'autre? Ah, oui, l'été avait amené avec lui le grand retour des tomates mozzarella (déclinées avec plusieurs variétés de tomates anciennes) et du pain de maïs maison! 




 ***

Somewhere with Emilie...

(image de Pascale Debert - source : Histoires Galantes)

  Oui, encore Emiliiiiiie! Une fois les vacances terminées, les journées du patrimoine ont permis d'égayer cet été tristounet avec une séance de dédicaces de Pascale Debert, auteure de Emilie du Châtelet, philosophe des lumières (chroniqué ICI), organisée au château de la Divine Emilie. Lorsque je l'avais rencontrée l'hiver dernier à l'occasion d'une conférence, je lui avait offert une fiole de Parfait Amour maison (l'une des boissons favorites d'Emilie et Voltaire, recette ICI). Cette fois, c'était un petit pot de Cotignac home made, confiture de coing dont on a retrouvé la recette dans les archives domestiques de la marquise (la recette sera en ligne tout bientôt). Après m'être fait dédicacé mon exemplaire et avoir fait une énième visite du château, j'ai parcouru un peu plus le parc et poussé jusqu'à l'ancienne demeure du jardinier d'Emilie et Voltaire, réaménagé au tournant du XIXème en petit chalet. Une journée érudite sous un soleil bien agréable.






***

Art & craft:



  Avant et après ma longue période de mauvaise humeur estivale, j'ai tout de même réussi à gribouiller et bricoler quelques petites choses. Tout d'abord, j'ai moi aussi fait quelques dédicaces souvenirs aux amis et collègues qui m'ont accompagné au printemps dernier dans la création de notre énigme historique interactive. Et qui dit dédicaces dit gribouillis, aussi chacun s'est-il vu attribuer le dessin à l'effigie de son personnage joué et/ou favori. Il y a donc eu plusieurs Emilie, une Catherine de Russie, mais aussi une Jeanne Mance, une Louise Michel ou encore, un Sabinus...



   Côté collage et peinture, je n'ai eu l'énergie que pour deux créations : un coffret à dominos pour Grand-Père et Grand-Mère Lapin (cela faisait des siècles qu'ils les rangeaient dans une vieille boite Quality Street...) et une boîte de circonstance pour une robe charleston offerte en cadeau d'anniversaire à Grande Sœur Lapin (parce que c'était mieux qu'un paquet de papier cadeau mou et informe).


 ***

Somewhere in my cupboards and bookcases...   

  Quoi de mieux (ou de pire?) que de céder au shopping en ligne lorsque vous vous trouvez assigné à résidence? Autant dire que je n'ai jamais autant aimé l'idée de pouvoir me faire livrer à domicile tout ce qui pouvait m'aider à oublier que je me trouvais bloqué au Terrier.


  Côté bouquins, le biopic sur Mary Shelley m'a donné envie de creuser le sujet : je me suis offert une biographie de l'auteure, ainsi que son fameux Frankenstein, son Journal d'affliction, et le manifeste des droits des femmes écrit par sa mère, célèbre philosophe des Lumières anglaises. Puis, la sortie au cinéma de Madamoiselle de Joncquières m'a incité à me racheter du Diderot : le récit original extrait de Jacques le fataliste, et son essai Sur les femmes, un ouvrage d'avant garde sur la place des femmes dans la société. Côté cadeaux, on m'a offert le tordant Fortunately the milk de Neil Gaiman, et cette très belle montre à gousset marqué du profil de Sherlock Holmes, rapportée de la boutique du musée du 221b Baker Street :-D. Enfin, je vous parlais plus haut de l'excellente série Please like me : elle ne m'a pas inspiré que des recettes, puisque je me suis offert un tee-shirt à l'effigie du personnage principal Josh et de son chien John... 


***

  Voilà le résumé d'un triste été - vous allez dire que j'exagère car il semble que j'ai réussi à bien le remplir quand même, mais rien n'y fait, je reste bloqué sur ces vingt jours d'assignation à résidence et sur cet accident de voiture. Il faudra donc se dire que l'Automne sera meilleur... Rendez-vous dans quelques mois pour le savoir! ;-).