dimanche 29 décembre 2019

Gourmandise littéraire : Café turc de Miss Fisher.


  Est-il boisson plus revigorante que le café? En ces périodes de fêtes et de soirées arrosées, un bon café peut avoir quelque chose de salvateur, au réveil... et ça, Miss Fisher l'a bien compris. Elle qui ne refuse aucun plaisir de la vie, surtout pas un cocktail dansant ou une nuit de folie en... euh... agréable compagnie, n'aime rien de moins qu'être tirée du lit par l'odeur d'un bon café préparé par Dot. Pas n'importe quel café, d'ailleurs : un café à la turque, qu'elle semble apprécier tout particulièrement.

  Elle en boit plusieurs tasses au fil des tomes écrits par Kerry Greenwood, que ce soit dans Phryne et les anarchistes (où il est le bienvenu après une nuit rendue mouvementée par la mort d'un jeune inconnu qui lance la détective dans une nouvelle enquête) ou encore dans le recueil A question of death.


" Lorsque Dot vint la réveiller, avec un café turc si fort qu'on aurait pu y planter une cuillère à la verticale, Phryne eut l'impression de n'avoir dormi qu'un instant. "

Phryne et les anarchistes, K.Greenwood, chapitre 2, éditions 10/18 (2007).


  Aussi connu sous le nom de "café oriental", "café chypriote" ou "café grec" (Phryne l'appelle son "breuvage hellénique" dans A question of death), la préparation du café "à la turque" remonte au XVème siècle dans le monde musulman, avant de s'étendre progressivement aux pays méditerranéens ainsi que dans certains pays d'Europe de l'Est. Le café se fait ainsi à la turque dans les pays du Proche-Orient, dans l'ex-Yougoslavie, dans les pays des Balkans, dans les pays du Caucase ou encore en Ukraine. 

  Sa préparation, bien particulière, requière l'utilisation d'une cafetière turque appelée un "cezve". En cuivre ou en fer blanc, le cezve est une petite casserole évasée dans laquelle on faire chauffer le café avec l'eau sans la filtrer : le processus laisse les grains de café retomber au fond du cezve avant le service.

  Sa réputation et sa préparation se propagent avec les colonies dès la fin du XIXème siècle puis par goût pour l'orientalisme dans les années 1920. Aussi n'est-il pas étonnant d'en trouver chez Miss Fisher qui ne renie pas son affection pour l'exotisme, quelqu'en soit la forme. La préparation du café à la turque s'est aussi avérée être l'une des plus économiques qui soit, d'où sa popularité auprès de ceux qui l'aiment servi fort, dans sa version la plus simple.

  Un vieil ouvrage de cuisine des années 1920 (dont est extraite la recette du café turc énoncée ci-dessous) précise que, pris modérément, "le café fait circuler le sang plus facilement, stimule notre organisme, et donne, pour un temps, plus d'activité à notre cerveau." Des qualités nécessaires à un bon détective, on n'en doute pas...


Ingrédients:

- café moka moulu fin (compter une cuillère à café par personne)


A vos tabliers:

- Faire bouillir l'eau au préalable avant de la verser dans le cezve.
- Poser le cezve sur feu vif. Dès que l'eau bout à nouveau, y ajouter le café.
- Lorsque le café monte, retirer le cezve du feu et le laisser redescendre.
- Remettre la petite cafetière sur le feu, laisser le café monter à nouveau et réitérer l'opération précédente jusqu'à trois fois, au bout desquelles le café est terminé, couvert d'une belle mousse roussâtre.
- Laisser reposer le café quelques minutes et ajouter quelques gouttes d'eau froide pour favoriser la descente de la poudre de café au fond du cezve juste avant de servir.


A savourer pour vous remettre les idées en place avant de partir à l'aventure!

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire