mardi 21 juillet 2015

J'ai laissé mon coeur dans les brumes d'Edimbourg - Carolina Lozano

Taibhse (Aparicion), edebé, 2010 - Editions Bayard Jeunesse, collection "Sublime idylle" (trad. de I.Gugnon), 2014.



  A dix-sept ans, il paraît qu'on n'est pas normal si l'on passe ses soirées dans la bibliothèque de son lycée. Pourtant, je ne suis pas la seule à aimer étudier dans l'enceinte du prestigieux lycée d'Edimbourg, cette antique bâtisse peuplée d'ombres et de mystères. Car aujourd'hui, dans la salle de lecture, j'ai aperçu le plus beau garçon du monde plongé dans un vieux livre. Grand, la peau claire, il ressemblait à l'un de ces guerriers celtes que toute l'Europe redoutait au Moyen Age. Or, en prêtant à ce garçon des origines aussi lointaines, je ne me suis pas trompée...


*** 


  Lorsque les éditions Bayard ont lancé cette nouvelle collection au nom on ne peut plus suggestif, je ne me suis pas réellement senti concerné, fuyant plutôt les bleuettes à l'eau de rose. Puis, finalement, j'ai repéré ce roman au titre très poétique, à l'esthétique tout en douceur, et au résumé intriguant. Il ne fallait donc pas plus que la très bonne critique de Mya, sur Mya.books, pour achever de me convaincre...

Couverture originale.

  Liadan "Lia" Montblanc, 17 ans, est une jeune étudiante d'origine espagnole. Suite au décès brutal de ses parents, la jeune fille a décidé de quitter Barcelone pour poursuivre ses études en Ecosse, dont sa mère était elle-même originaire. Suivant des cours dans une prestigieuse école d'Edimbourg, elle mène une vie globalement solitaire et discrète : renfermée, passionnée de lecture, Lia n'a qu'une seule véritable amie ; pour le reste, elle préfère la compagnie des livres. Cette passion lui permet de décrocher un emploi à la Royal Dunedain Library, bibliothèque patrimoniale écossaise située sur le territoire du lycée. Là, un soir, elle tombe nez à nez avec un jeune garçon étrange qui semble tout aussi surpris qu'elle de la voir. Grand, pâle, roux... il apparait toujours là comme par magie, et fascine la jeune fille qui entame un jour la discussion avec lui. Répondant au nom d'Alar, cet adolescent est loin d'être comme tout le monde... bloqué entre deux mondes depuis des siècles, Alar se nomme en fait Alastair, fantôme d'un cavalier celte mort au combat non loin de là des siècles plus tôt. Ainsi, attachés à ce lieu depuis sa mort, lui et ses autres camarades cherchent les limites de leur état d'âme errantes : il y a Caitlin, toujours près de la rivière depuis sa noyade au XVIIIème siècle, Jonathan, mort pendant la seconde guerre mondiale, et même Bobby, fantôme d'un chien légendaire de la vieille ville. Leur point commun? invisibles depuis leur mort, ils peuvent tous être vus et entendus de Liadan, qui les confond même dans le paysage avec les vivants... Cet étrange état de fait fascine autant la jeune fille que son nouvel ami, et tous deux commencent alors à éprouver des sentiments l'un pour l'autre. Mais existe-t-il un danger, à flirter ainsi avec la Mort?

Vue d'Edimbourg.

  Alors? Alors ce roman fut une bonne surprise! Moins "à l'eau de rose" que l'édition française le laisse penser, J'ai laissé mon coeur dans les brumes d'Edimbourg (dont le titre original est "Apparition" en gaélique) nous plonge dans une Écosse envoutante, faite de rue chargées d'Histoire et de légendes, une Edimbourg ensorcelante habitée par les mythes des esprits qui la hantent. L'atmosphère, entre curiosité fantaisiste et frisson, plaira à tous les passionnés de mystère et a réveillé l'enfant friand d'histoires de fantôme que je suis. D'ailleurs l'auteure, espagnole comme son héroïne, est une grande amoureuse d'Edimbourg et de ses fait-divers fantomatiques : elle s'est ainsi inspirée de nombreuses légendes encore connues de nos jours et rattachées à des lieux véridiques de la ville pour créer le cadre de son roman.

 A gauche : St Leonard House, qui a inspiré le lycée de l'héroïne ) C.Lozano.
A droite : La nécropole de Clava Cairns, tombes celtes telles que décrites dans le roman.
  Les personnages sont plutôt attachants et je me suis beaucoup reconnu dans le tempérament solitaire de Liadan, son amour des livres plutôt que des êtres humains, son silence, sa discrétion, mais aussi sa curiosité. J'ai aimé parcourir avec elle les rues d'Edimbourg, si bien décrites, au point qu'on s'y croirait, et m'enfermer avec elle dans l'ancienne bibliothèque où elle travaille tous les soirs. Alastair, quant à lui, dépasse rapidement le stéréotype de "créature fantastique à la beauté incroyable" auquel se cantonne la majorité de romans de romance surnaturelle de nos jours. Alternant les points de vue de narration selon les chapitres, C.Lozano nous fait entrer dans l'intimité de cet être étrange dont on ne perçoit pas immédiatement la nature. là est une des grande réussites de ce roman : les éléments irréels s'instaurent progressivement, justement dosés et mesurés, pour mieux nous happer peu à peu. J'ai aimé cette gradation dans l'histoire, qui nous emmène vers des événements précipités et palpitants sur la fin (même si, pour le coup, peut-être traités de façon un peu trop lapidaires pour arriver plus vite à la conclusion) et les accents plus dramatiques que prend la relation des personnages et les conséquences face à la réalité.

 Quelques lieux clef du roman:
La grande rue arpentée chaque matin par Liadan, la statue du légendaire chien Bobby;
la passage souterrain hanté du Mary King's close, et le château de Crichton...

  J'ai refermé ce livre presque à regret : sans révolutionner le genre, cette romance fantastique était très agréable et je m'étais beaucoup attaché à ses protagonistes... au point d'espérer une suite. Par bonheur, ce tome est le premier d'une saga déjà culte en Espagne : on espère donc que Bayard publiera les tomes suivants en France!

La bibliothèque du Royal College, qui a peut-être inspiré la Royal Dunedains library du roman...


En Bref : Poétique et romantique sans être niais, ce roman fantastique baignant dans les légendes fantomatiques d'une Edimbourg presque vivante est une lecture très agréable. Entre romance et frisson, on s'attache à ses personnages originaux et à l'ambiance imaginée par l'auteure.Un belle déclaration d'Amour à l'Ecosse et à sa culture.


2 commentaires:

  1. Yiiii! Je vais à Edimbourg dans 15 jours! Mais j'aime pas les histoires d'amour, je vais plutôt me chercher un roman d'horreur ou un thriller.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais, j'ai pensé à toi dès que j'ai commencé ma lecture! Si tu veux une bonne histoire de fantôme, je te conseille "Angelica", d'A.Philips. Nous avond déjà du en parler, lors d'une soirée d'interminables papotages culturels ;)

      Supprimer