lundi 10 août 2015

Silver (livre premier) - Kerstin Gier

Silber, Das erste Buch der Träume (Silber #1, Fisher FJB, 2013 - Editions Milan (collection Macadam), 2015.


 Un 31 octobre, près de Londres, Grayson fête Halloween avec quatre de ses amis. Par ennui, par jeu, par défi, ils invoquent un démon...Sans avoir idée des conséquences.
  Un matin de septembre, aéroport d'Heathrow, Liv, 15 ans, et sa soeur Mia débarquent de Suisse pour s'installer avec leur mère chez le nouveau compagnon de celle-ci. Grayson est son fils. Très vite, Liv comprend que le jeune homme cache un secret. Un secret qui dépasse tout ce qu'elle imaginait.



*** 

  C'est avec enthousiasme que j'ai accueilli cette nouvelle saga de l'excellente Kerstin Gier, auteure de la trilogie Rouge Rubis, déjà maintes fois évoquée en ces pages. Nostalgique des aventures de Gwendolyn et du ton humoristique propre à l'auteure, je me suis donc jeté sans attendre sur cette nouvelle série, en espérant la même agréable surprise. Les éditeurs eux-mêmes auront joué du succès de la première saga : La couverture de Silver ressemble à s'y méprendre à une affiche de film de Rouge Rubis, au point de passer pour un spin-off! Il n'en est rien, bien sûr, et ce n'est probablement qu'une façon d'attirer l’œil des fans de la première heure... Reste à voir si le contenu sera à la hauteur...

 hum hum...une couverture qui lorgne du côté du visuel des films Rouge Rubis...

  Liv, 15 ans, habituée avec sa jeune soeur Mia à parcourir l'Europe pour suivre les multiples mutations de leur mère, pose enfin ses valises à Londres. Cette fois, l'emménagement sera définitif : leur mère a trouvé un nouveau compagnon, veuf et de surcroit père de deux adolescents : l'étrange Grayson et horripilante Florence ; Les voilà donc tous réunis sous un nouveau toit, ce qui n'est pas sans tumulte et quiproquos. Parallèlement, Liv tente de se faire à son nouveau lycée, la Frognal Academy, qui vit au rythme d'un blog de potins scolaires tenu par une énigmatique "Secrecy", dont tout le monde ignore l'identité. Là-bas, Grayson et sa bande d'amis sportifs issus de riches familles sont les beaux partis à conquérir... et pourtant, depuis son arrivée, Liv reste insensible à leurs charmes. Plus bizarre, surtout, voilà plusieurs fois qu'elle rêve d'eux , au cours de songes étrangement réels, dont Grayson et ses camarades se souviennent également. L'origine de cet étrange manifestation remonte à l'année précédente : au cours d'une soirée d'Halloween, Grayson et sa bande, dont une jeune fille répondant au nom d'Anabel, ont invoqué le démon des rêves au cours d'une cérémonie de sorcellerie. Ce qui n'était qu'un "jeu pour se faire peur" a malheureusement tourné au drame. Aujourd'hui, s'ils ont le pouvoir de voyager dans les rêves d'autrui, le démon réclame son du, et si Anabel a mystérieusement disparu depuis, Liv découvre rapidement qu'elle a un rôle à jouer dans l'histoire...

 couverture de l'édition originale allemande et de l'édition italienne, mise en image par la même artiste que les couverture de Rouge Rubis.

  Verdict? Oserais-je avouer une légère déception? Bon, je serais tolérant dans la mesure où il était impossible d'égaler Rouge Rubis en originalité et en qualité, tant les éléments et rebondissements de la première saga de K.Gier sortaient du lot. Silver ne pouvait donc qu'emprunter un chemin plus classique... On sent que K.Gier tente de pimenter son univers d'éléments inattendus mais, pour autant, la sauce ne prend pas aussi bien.

  Ainsi, le milieu lycéen à la rencontre de celui de la sorcellerie évoque fortement Le cercle secret de L.J.Smith, avec des relents de la série télévisée britannique Hex (Mais siiiii, souvenez vous, début des années 2000, une jeune fille entrait dans un pensionnat anglais gothique en diable où pullulaient démons et maléfices!), auquel Kerstin Gier vient ajouter une bonne dose de... Gossip Girl! Eh oui, car impossible de ne pas y songer avec les articles du blog à potins de "Secrecy" qui viennent rythmer l'histoire au fil des chapitres. Cependant, cet élément tombe là comme un cheveu sur la soupe et sied mal à l'histoire de sorcellerie ; J'ai eu le sentiment que l'auteure tentait un mélange des genres comme cela avait pu fonctionner dans Rouge Rubis, mais malheureusement pas avec le même succès. Ici, cet amalgame de plusieurs tons et univers sonne faux, laissant l'impression que l'auteure passe d'une atmosphère à une autre sans trouver la ligne de conduite adéquate à son histoire, la faisant ainsi souffrir d'une ambiance inégale et parfois ennuyeuse.

 Couvertures des éditions grand format et poche en langue anglaise.

  Restent quelques bonnes idées, notamment dans la description de l'univers des songes : ce grand couloir parsemés de portes ouvrant sur les rêves des uns et des autres est divinement Lewis Carollien! J'ai également apprécié les références poético-morbides avec le cimetière de Highgate et les nombreuses allusions aux artistes maudits que sont mes chers peintres préraphaélites. Les personnages, quant à eux, parviennent également à sauver ce roman : Liv, sans être une Gwendolyn (et en même temps, c'est tant mieux) est l'adolescente banale en laquelle chacun se reconnait, qui use de cet humour pince-sans-rire et tordant que j'adore chez les protagonistes de K.Gier. Ces bonnes notes d'humour à contre-courant de la littérature YA traditionnelle suffisent à tenir jusqu'à la fin du livre et donner envie de poursuivre l'aventure tout de même.


En bref: Loin d'égaler Rouge Rubis, cette nouvelle saga de K.Gier emprunte des éléments et ressorts plus classiques à la littérature YA, mais les mélangeant entre eux avec moins de réussite. En effet, l'intrigue mêle sorcellerie et univers à la Gossip Girl dans un gloubiboulga qui sonne parfois un peu faux. Heureusement, reste quelques bons personnages et un humour détonnant qui sauvent in-extremis ce roman du tout-venant Young Adult... La suite au prochain numéro!

Pour aller plus loin:



-Poursuivez la saga avec les tomes 2 et 3 à venir...

-Découvrez Rouge Rubis, la première trilogie de l'auteure: Tome 1, le tome 2 et le tome 3...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire