dimanche 25 mars 2018

Petits meurtres à Mangle Street (Les enquêtes de Middleton & Grice #1) - M.R.C.Kasasian

Mangle Street Murders (The Gower St detective #1), Head of Zeus, 2013 - City Éditions (trad. de H.Tordo), 2015 - Éditions France Loisirs, collection Piment noir, 2017.


  Londres 1892. Une femme est assassinée dans un quartier pauvre. Désemparée par l'inefficacité de la police, la mère de la victime engage Sidney Grice, le plus célèbre détective privé de Londres. D'une intelligence acérée, l'homme est d'une efficacité redoutable. Il fait appel à March Middleton, une jeune femme excentrique, pour l'assister. L'irrésistible duo mène l'enquête et découvre que ce meurtre n'était que le premier d'une sinistre série.
  Dans un Londres où planent des ombres terrifiantes, le danger rôde à chaque coin de rue...

*** 


   Voilà un moment que les couvertures de cette série policière victorienne me faisaient de l’œil : Les enquêtes de Middleton & Grice et leurs élégantes silhouettes de gentlemen et ladies en ombres chinoises dans les rues de Londres sont en effet des plus appétissantes! Mais que recèlent-elles? Un polar vintage tout ce qu'il y a de plus délicieux, vraiment...


 Editions originales anglaises.

  Angleterre, XIXème siècle : March Middleton, la petite vingtaine, vient de perdre son père, éminent médecin militaire. Désormais orpheline, la jeune fille quitte sa grande demeure familiale pour aller vivre auprès de son tuteur, un ancien ami de sa famille du nom de Sydney Grice, connu dans le tout Londres pour être LE détective privé du moment. Lorsqu'elle arrive chez lui, March est bien étonnée de rencontrer un homme prétentieux et misogyne : pour quelle raison a-t-il volontairement choisi de s’embarrasser d'elle? Peu importe, la jeune fille a du répondant et ne compte pas se laisser marcher sur les pieds. Aussi, lorsqu'une veuve désargentée vient demander l'aide du détective pour résoudre le meurtre sanglant de sa fille et innocenter son gendre, mais que Sydney Grice décline l'affaire faute d'honoraires à la hauteur de sa réputation, sa charismatique pupille décide de payer tous les frais. La condition? Qu'elle l'assiste dans son enquête! Grice, persuadé que le cerveau d'une donzelle n'arrive pas à la cheville du sien, accepte dans l'idée que cela ne pourra qu'élever l'esprit de la jeune fille. Il ne se doutait peut-être pas que March serait si effrontée et surprenante! Voilà dès lors notre surprenant duo arpentant les ruelles sordides du vieux Londres à la recherche d'un criminel signant ses méfaits du mot "Vengeance" écrit en lettres de sang.

 Couvertures d'édition étrangère et de la première édition française chez City.


" - Cela doit être extrêmement gratifiant de contribuer à rendre la justice, commentai-je.
Sidney Grice souffla.
- Il est plus satisfaisant de voir les délinquants punis, mais j'aime être sûr que les innocents ne risquent rien. Bien entendu, plus vous vous élevez dans la société, plus cela est important. On peut se permettre quelques petites erreurs avec des prostituées, par exemple, mais vous devez être absolument sûr de votre fait avant de faire pendre un évêque."

  Voilà un premier tome très prometteur : entre hommage aux policiers victoriens classiques et pastiche léger, M.R.C.Kasasian nous régale d'un roman aux petits oignons fort bien mené. Le personnage de Grice n'est pas sans rappelé un Sherlock Holmes encore plus caractériel et misanthrope, imbu de lui-même et misogyne. Avec sa jambe plus courte que l'autre, son œil de verre, et ses drôles de lubies, on tient là un nouvel anti-héro des plus charismatiques! Tout comme Sherlock Holmes, il n'en est pas moins talentueux détective et inventeur à ses heures perdues (et là intervient l'humour : entre diverses méthodes de classifications des affaires, notre Sydney Grice cherche aussi à concevoir un système de transport isotherme du thé à dissimuler sous son chapeau!). 

"Je vous ai déconseillé la lecture des ouvrages de philosophie, dit Sidney Grice en souriant. Ils vous farcissent la tête d'idées et, chez l'individu de sexe féminin, les idées risquent trop aisément de conduire au déséquilibre mental. Ce n'est pas là mon opinion mais les conclusions d'années de recherches scientifiques menées par les médecins de l'Hôpital royal de Bedlam pour les aliénés."

  Face à lui, March Middleton en élève et pupille retorse, devient une partenaire tout ce qu'il y a de plus inconventionnelle. En effet, cette féministe latente est tout ce que Grice n'est pas, voire tout ce qu'il mésestime. Leurs altercations et divergences d'opinion, teintées d'ironie, est un des grands leitmotivs du roman, et on en redemande! Pour autant, March devient rapidement la "Dr Watson" de Sydney Grice, une analogie totalement avouée par l'auteur et confirmée en fin d'ouvrage lorsque fait son apparition... le personnage de Sir Arthur Conan Doyle


" — J’ai une meilleure idée, dis-je. Comme je suis la plus légère, dans la mesure où je ne possède pas un cerveau masculin qui risquerait de peser exagérément, je vais passer devant."

  On pourra également déceler d'autres clins d’œil au canon holmésien, dont la signature du meurtrier "Vengeance" écrit en lettres de sang, qui rappellera évidemment Une étude en rouge. Comme l'indique le premier chapitre, elle renvoie également à un fait divers sanglant survenu dans les quartiers pauvres du Londres des années 1800, et qui sert de point de départ à l'intrigue imaginée par M.R.C.Kasasian. Ce dernier arrive également à restituer avec réalisme les effets de foule provoqués par ces crimes : dans une Angleterre encore hantée par l'Eventreur, les londoniens ont vite fait de trouver les origines du meurtre dans les légendes urbaines ou de s'inventer des assassins fantasmagoriques, à l'image de Spring Heeled Jack ("Jack Talons à Ressorts"), véritable mythe victorien plusieurs fois évoqué dans le livre.

Une de la presse d'époque à l'image de "Jack Talons à Ressort".

" Savez-vous, March, ce que je trouve le plus terrifiant à propos de ce quartier ? Il n’y a pas de salon de thé à moins de cent mètres à la ronde."

En bref: Entre hommage passionné au polar victorien et pastiche léger, le premier tome de cette série est un régal absolu. La qualité de son intrigue pleine de méandres est entre autre relevée par un duo des plus charismatiques tellement il est mal assorti : entre un détective privé insupportable, misogyne, et orgueilleux et une toute jeune féministe en puissance, le lecteur a la garantie de ne pas s'ennuyer. Et nous, on sera des tomes suivants!


 Et pour aller plus loin...


-Découvrez toute la série (à venir)...


4 commentaires:

  1. Ce sont les couvertures qui m'ont attirée aussi ^^
    Et j'ai beaucoup aimé March, je lirai avec plaisir la suite :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Conquis par March également ;)
      Je suis tellement déçu que l'éditeur français ait arrêté la publication au deuxième tome alors qu'il y en a au moins cinq aux six en Angleterre :(

      Supprimer
  2. oh la la, encore une série policière très alléchante !! je ne sais franchement plus où donner de la tête :-) bonne soirée, Pedro!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, cela faisait trois ans que cette série me faisait de l'oeil, je suis content d'avoir cédé :D Te laisseras tu tenter? :)

      Supprimer