mercredi 1 février 2012

Les Monstres de Templeton - Lauren Groff


The Monsters of Templeton, Hyperion, 2008 - Editions Plon, 2008 - Editions 10/18, 2010 - Editions Point, 2019.

« Le jour où je revins à Templeton, en pleine disgrâce, le cadavre d'un monstre mesurant près de seize mètres émergea à la surface du lac Glimmerglass. »
   Ainsi s'ouvre Les Monstres de Templeton, un roman qui balaie deux siècles d'histoire : celle d'une jeune fille à la recherche de son père, et celle d'un village, ancrée dans l'Amérique profonde, au milieu des légendes et des secrets de famille. À la suite d'une déconvenue amoureuse, Willie Upton frappe à la porte de la vieille demeure où vit encore sa mère, Vivienne, ancienne hippie devenue baptiste fervente sur le tard… Au lieu du réconfort qu'elle vient y chercher, Willie trouve un village sens dessus dessous, chamboulé par l'apparition d'un animal démesuré, et découvre un terrible mensonge : son père existe bel et bien, elle n'est pas le fruit hasardeux des amours libres de sa mère, mais bien la fille d'un homme connu et reconnu dans Templeton.
   Lancée dans une enquête à rebondissements pour retrouver son père, elle part sur la trace de ses ancêtres et reconstitue la fabuleuse généalogie qui mène à son histoire. A la fois saga familiale, quête identitaire et roman fantastique, Les Monstres de Templeton se révèle être surtout une fable captivante sur la part obscur du passé et le retour des choses cachées…

***

  Applaudi par la critique dans le monde entier, ce premier roman d'un genre nouveau est une véritable pépite, tant dans sa construction que dans les thèmes qu'il exploite. L'intrigue nous emmène à la rencontre de la jeune (et un peu paumée, il faut bien l'admettre) Willie Upton, de retour dans son village natale de Templeton, perdu dans l'Amérique profonde. C'est avec un lourd secret sur les épaules et au sortir d'un échec amoureux que l'étudiante rentre au bercail, retrouver la mère qui l'a élevée seule pour lui confier ce qui la tourmente tant. Sa mère, ancienne hippie qui lui a toujours raconté l'avoir conçue à la suite d'une nuit d'amour libre comme on en vivait au temps du flower power. Sa mère, qui descendrait du fondateur de la ville de Templeton, cité chargée d'histoire et de légendes, et d'une longue lignée de personnalités charismatiques. Quand Willie confie à sa mère le secret qui lui pèse tant, cette dernière lui en révèle un autre : son père n'était pas un inconnu rencontré à l'occasion d'une soirée hippie mais un homme de la ville. Autre indice : il descend lui aussi des fondateurs de Templeton. Si elle veut découvrir qui il est, Willie devra chercher sa résilience en fouillant dans le passé de la bourgade grâce aux archives familiales et historiques à sa disposition. Alors qu'elle entame ses recherches et fait remonter à la surface des secrets de famille depuis bien trop longtemps enfouis, une créature marine que tout le monde assimile au monstre Glimmey (sorte de Nessie local), échoue sur la plage du lac Glimmerglass... 


"Quand j'étais petite et vulnérable, les livres constituaient ma carapace. Si au beau milieu d'un livre quelque chose me rappelait mes blessures, elles paraissaient alors moins douloureuses. Ma vie matérielle était de peu d'importance; ce qui comptait, c'était cette existence éblouissante dans ma tête. Revenir aux livres était comme rentrer chez moi."

  Ce roman abondamment et joliment illustré alterne les passages au présent avec les témoignages du passé (c'est à dire les documents que découvre l'héroïne au cours de ses recherches), lesquels sont mis en images par des photographies ou gravures représentant ses ancêtres et les personnages liés à la fondation de Templeton. Si l'ensemble témoigne d'un certain romanesque dans l'intrigue qui se dessine au fur et à mesure que le lecteur reconstitue avec la protagoniste son arbre généalogique, on ne peut nier les nombreux aspects tangibles du roman. L'aspect "images d'archive" et les nombreux liens avec l'histoire américaine (immigration, colonisation, lutte des minorités...) viennent renforcer le réalisme puissant du livre, donnant presque corps à ses personnages.


  Parallèlement, cet aspect quasi documentaire est tempéré par une écriture très littéraire et particulièrement évocatrice ainsi que par quelques éléments inexpliqués qui viennent apporter un peu de sel à l'intrigue. Parmi ceux-là, la présence du monstre du lac devient un symbole particulièrement fort. Sorte de légende urbaine locale, le monstre du lac Glimmerglass émerge de l'eau un beau matin après des siècles de légendes et faits-divers à son propos. Créature des abysses et d'un autre âge que l'auteure insère là avec tout le contexte scientifique qu'on peut imaginer, le monstre Glimmey n'en reste pas loin une superbe métaphore qui accompagne la quête de l'héroïne...


  Pour autant, il faut savoir que de Glimmey à Templeton, tout est vrai. Enfin, presque. Templeton est directement inspirée de la véritable ville de Cooperstown, dans l'état de New-York, où a grandi Lauren Groff. La première motivation de l'écrivaine était de rédiger un ouvrage documentaire sur la fondation de la ville, riche en légendes (dont le monstre Glimmey du véridique lac de Glimmerglass) et en anecdotes, avant que son manuscrit ne prît finalement la forme d'une fiction. Aussi décida-t-elle de rebaptiser la ville Templeton, nom alternatif de Cooperstown donné par le célèbre auteur James Fenimore Cooper (Le dernier des Mohicans) dans certains de ses écrits. Dès lors, la romancière s'amusa à recouper des éléments historiques véritables du passé de la cité à certaines légendes locales (dont la plupart de J.F.Cooper lui-même, dont l'ombre plane sur ce livre d'un bout à l'autre) pour enrichir la trame de son récit.

Gravure ancienne de Cooperstown.

  Et autant le dire : ça fonctionne ! Par son héroïne attachante et sa galerie foisonnante d'ancêtres, Les monstres de Templeton est un page turner avec lequel on remonte le temps jusqu'à la révélation finale. Dense et riche, ce roman est à la fois habité par une âme romanesque et un véritable souffle historique, en même temps qu'il porte une profonde réflexion sur les secrets de famille qui, à l'image du monstre du roman, finissent toujours par refaire surface.

"Nous avons besoin d'une horde d'aïeux derrière nous pour tenir debout. Plus le futur est effrayant, plus il semble compliqué, plus nous avons besoin de prendre appui sur notre passé."

En bref : Puisant dans la fondation de l'Amérique et ses légendes, recoupant patrimoine historique et patrimoine littéraire, Lauren Groff nous sert un roman dense et foisonnant où la généalogie de l'héroïne devient sa quête de vérité. Parsemé de dizaines de croquis, gravures, et autres portraits familiaux qui nous font traverser les siècles avec délice, ce livre possède une dimension presque vivante, réelle, qui ne peut qu'émouvoir le lecteur et le captiver jusqu'à la révélation finale.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire