samedi 6 septembre 2014

Le voleur de Morts - Tess Gerritsen

The Bone Garden, Ballantine Books, Random house, 2007 - Éditions France Loisirs, trad. de J.Martinache, 2011 - Éditions Presses de la cité, 2011 - Éditions Pocket, 2014.

  De nos jours : une jeune femme découvre un squelette dans son jardin . 1830 : à Boston , le Faucheur , un tueur en série , terrorise la population . Une passionnante enquête à cheval sur deux époques , un formidable suspense .

  Aujourd'hui : Julia vient de faire une macabre découverte dans son jardin : le squelette d'une femme , assassinée plus d'un siècle auparavant .
1830 : la jeune Rose a perdu sa sœur , morte en couches . A l’hôpital , elle rencontre Norris , un futur médecin qui , pour payer ses études , vole des cadavres dans les cimetières et les vend au marché noir à des fins scientifiques .
Lorsqu'un tueur en série se met à frapper , Rose découvre qu'elle est suivie et menacée . Norris , lui , devient le suspect désigné . Les deux jeunes gens n'ont plus qu'un choix : démasquer le faucheur pour sauver leur peau .
Un siècle plus tard , Julia , décidée à découvrir l'identité du mystérieux squelette , va remonter le temps , jusqu'en 1830...

***

  Parce que les éditions France Loisirs retiennent toujours l’œil par leur aspect propre dans les rayonnages des bouquinistes, c'est tout par hasard que je me suis attardé sur cet ouvrage lors d'un tour au secteur livres d'Emmaüs. Un hasard bien heureux car malgré une couverture sommes toutes banale, l'intrigue semblait être de ces histoires dont je suis si friand, à savoir un thriller historique à cheval sur deux époques. Tenté de retrouver le plaisir grisant éprouvé à la lecture du Sang du temps de M.Chattam, c'est tout naturellement que je m'en allais avec Le voleur de Morts sous le bras.

Édition originale américaine.

  L'histoire? Pour se remettre d'un divorce quelque peu houleux, Julia s'investit corps et âme dans la restauration d'une vaste demeure victorienne récemment acquise afin de redémarrer une nouvelle vie. Mais alors qu'elle tente de rafraîchir le jardin, elle découvre, enterré, le squelette d'une femme que les experts datent des années 1800. Quelques temps plus tard, elle se voit contactée par Henry Page, vieillard caractériel et cousin de l'ancienne propriétaire qui, pour avoir eu vent de la découverte macabre de Julia, lui propose de rechercher avec lui l'identité du cadavre. Il pense en effet qu'il pourrait s'agir d'une de ses ancêtres et que la clef de l'énigme se trouve peut-être dans les vieilles correspondances familiales qu'il a conservés. Appelée par le goût du mystère, Julia rejoint Henry dans le Maine où, aidée par le séduisant neveu du vieil homme, elle remonte le temps à la lecture des lettres de la famille Page. Au fil de mots presque effacés sur un papier fané par le temps, elle découvre l'histoire d'une certaine Rose qui, dans le Boston de 1830 et son atmosphère poisseuse des premières universités de médecine, tente d'échapper à un mystérieux tueur en série...

 Couvertures de l'édition française grand format aux Presses de la Cité, de l'édition Pocket, et de l'édition en gros caractère chez Libro Diffuso.

Rizzoli & Isles, série à succès inspirée des romans de l'auteure.
  Si Tess Gerritsen m'était jusqu'ici inconnue, j'appris vite qu''elle est en fait relativement célèbre, puisque ni plus ni moins que l'auteure des thrillers scientifiques adaptés à l'écran pour la série Rizzoli & Isles, qui rencontre un franc succès sur France Télévision. Si ses deux héroïnes de papier étaient tout autant adorées des lecteurs, ce one-shot, en revanche, n'a pas convaincu ses fans de la première heure. Pour ma part, découvrant T.Gerritsen avec ce livre, j'y ai trouvé un très agréable roman...
  Bien que l'alternance entre les deux époques ne soit pas aussi grisante qu'avec le Sang du temps, elle reste assez dynamique pour nous faire passer de l'une à l'autre tout en nous tenant en haleine. Par l'intermédiaire d'une héroïne contemporaine attachante (qu'on aurait aimée un peu plus approfondie, cependant), on en découvre une deuxième, aussi sensible que flamboyante, perdue n'en un Boston suffoquant de brouillard qui rappelle curieusement le Londres de Jack L'Eventreur. D'ailleurs, la ressemblance ne s'arrête pas là et de nombreux éléments évoquent même la trame du graphic novel From Hell (ainsi que le film qui en est tiré) d'Alan Moore, BD sanglante qui retrace l'histoire du tueur de Withechapel.
Boston en 1830.
  Issue d'études de médecine, l'auteure utilise à bon escient ses connaissances pour reconstituer l'avènement de la science médicale et son enseignement dans les toutes premières universités où, fort du balbutiement du concept, pullulent les infections dans une ambiance mortuaire et poisseuse comme elle devait l'être... Le tout est donc maîtrisé et instaure une ambiance des plus crédibles et assez captivante pour nous faire passer l'éponge sur une fin quelque peu lapidaire, il est vrai.

Une université de médecine en 1830...

En bref : Un contexte historique dans l'univers médical du XIXeme siècle restitué avec vraisemblance, une atmosphère sombre et tendue comme tout thriller digne de ce nom, une alternance d'époque qui tient le lecteur en haleine d'un bout à l'autre... Si ce roman n'a pas convaincu les fans de l'auteure et ne révolutionne pas le genre, il n'en reste pas moins un thriller agréable, fort bien mené et incisif comme un scalpel!


Aucun commentaire:

Publier un commentaire