samedi 30 septembre 2017

La Soupe de Kafka - Mark Crick

Kafka's soup. A Complete History of World Literature in 14 recipes, Libri Publications LTD, 2004 - Flammarion (1ere édition), 2006 - J'ai Lu, 2008 - Réédition complétée, Baker Street, 2017.

  Si vous alliez dîner chez Marcel Proust, Gabriel Garcia Marquez, Virginia Woolf ou Raymond Chandler, que vous offriraient-ils à table ? Mark Crick répond à la question en nous donnant à lire une série de savoureux pastiches de quelques-uns des plus grands écrivains du monde. Chaque texte est une plongée dans un univers différent, racontée d'une voix semblable à s'y méprendre à celle de l'écrivain lui-même. S'inscrivant dans la tradition des Pastiches de Proust et rappelant les Exercices de style de Queneau, le livre de Mark Crick est un véritable tour de force, bientôt publié dans dix-huit pays. L'auteur a également illustré chacun de ces fins morceaux de sa propre main, proposant autant d'hommages à des artistes célèbres.

Ce qu'ils en ont pensé:

"Difficile à avaler" (Franz Kafka)
"Ca m'est resté en travers de la gorge" (Raymond Chandler)
"Interminable" (Marcel Proust)
"Qu'il pourrisse en enfer!" (Graham Greene)

***

  Imaginez que les plus grands auteurs de la Littérature aient écrit des livres de cuisine ou dicté des recettes. Imaginez qu'ils l'aient fait, non pas en énumérant platement les ingrédients et actions à suivre, mais en les racontant. En les racontant comme ils auraient raconté une de leurs célèbres histoires. Cela donnerait probablement cet ouvrage, dont on ne sait trop s'il est un pastiche, un livre de gastronomie, ou une excellente farce.


  Ainsi, au fil des pages de cette réédition agrémentée de trois recettes - euh, récits - inédites, laissez vous conter la confection du Pudding, du gâteau breton ou encore de la tarte à l'oignon, tantôt par Homère, Graham Greene ou, bien sûr, Kafka. Mark Crick se glisse dans les chaussons - ou plutôt dans la plume - de Jane Austen pour nous raconter les œufs à l'estragon comme elle aurait écrit un intermède amoureux entre Miss Bennett et quelques charmant soupirant, avant d'emprunter à La Rochefoucaud le style bien connu de ses Maximes pour coucher sur le papier les étapes du Pain Perdu. Et que dire de son parfait simulacre de Flaubert, qui ressuscite une Emma en pleine préparation de gâteau, tandis qu'elle se pâme d'amour pour le président qui fait entendre sa voix à la radio.


  Peu importe que l'on se demande ce qu'on est en train de lire, tant l'exercice de style est inattendu à se porter ainsi sur les arts culinaires : la symbiose avec les auteurs dont s'inspire Mark Crick force l'admiration. Le fantaisiste écrivain pousse même le vice jusqu'à jouer des crayons, en accompagnant chaque recette d'une illustration originale calquée sur le graphisme d'un artiste célèbre. Aucune surprise, alors, que la Soupe de Kafka ressemble à une œuvre de Pop Art ou que le dessin qui accompagne le Tiramisu de Proust évoque furieusement du Matisse. Même l'esprit gravure de Gustave Doré est de la partie!

 Mark Crick

  On notera également que l'édition française a eu l'excellente idée de traduire chaque recette par un auteur/traducteur différent, dont certains de renom!

En bref : Un ouvrage absolument improbable qui se réclame autant du pastiche que de l'exercice de style. Exercice totalement abouti, en tout cas assez pour se permettre de se porter sur le thème inattendu de la nourriture. Une déclaration d'amour pleine de fantaisie à la Littérature et à la gastronomie.

Avec un grand merci aux éditions Baker Street!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire