samedi 8 février 2014

Meurtres au manoir - Willa Marsh


The Quick and the Dead, Sceptre, 1999 - Éditions Autrement, 2012 - Éditions J'ai Lu, 2013.

  Clarissa s'ennuie à Londres et sa vie sentimentale est une catastrophe. Thomas est un jeune veuf, héritier d'un délicieux manoir Tudor. Le mariage parfait ? Clarissa en est convaincue. C'était compter sans les machinations diaboliques de deux vieilles tantes en croquenots et gilets de laine adeptes de magie noire, et d'une soi-disant meilleure amie prête à tout pour prendre sa place... 

 "Willa Marsh, c'est Jane Austen avec l'humour de Blake Edwards... Elle mène ses lecteurs par le bout du nez et passe du burlesque au tragique avec le flegme d'un lord anglais" 
(Le Figaro Littéraire).


***


  Comment ne pas se laisser tenter par une couverture aussi intrigante? La perfection et la délicatesse so'britsh d'une théière de porcelaine minutieusement ouvragée... dont s'échappent de tentacules humides, élément fichtrement cocasse dans cette mise en scène! Cocasse mais restituant parfaitement l'atmosphère du livre, cette couverture pleine de symboles et de promesses évoque fort bien le mal acide et sournois qui se terre insidieusement sous les plus beaux et délicats des atours...

 
  L'histoire commence avec Clarissa, une jeune femme sommes toutes assez banale et un tantinet désabusée de son morne quotidien dans un deux-pièces miteux de Londres. Elle rencontre par hasard Thomas, un homme d'âge mûr qui porte en lui le charme discret et mélancolique du veuvage et se morfond dans le magnifique manoir Tudor dont il a hérité. Clarissa tombe amoureuse du domaine perdu en pleine forêt galloise et, désirant plus que tout une vie de riche oisive, se laisse convaincre d'une folle passion pour Thomas. Elle l'épouse donc dans la foulée, quitte à supporter sa fille bigote Megan, destinée à entrer au couvent, et ses deux vieilles-filles de tantes qui résident là à l'année. Mais une fois installée, l'excitation du départ cède sa place à un ennui des plus profonds : Coupée du monde et comme emprisonnée dans un bocal, Clarissa constate peu à peu que le rythme lent de chaque nouvelle journée révèle des choses bien étranges. Tout d'abord, il y a Megan et son don de seconde-vue : est-elle un peu folle, ou peut-elle réellement voir les esprits des ancêtres qui se baladent dans les corridors du château? Et les deux tantes, sous leurs aspects inoffensifs de petites vieilles, n'ont-elles pas l'air plus sournoises et pleines de malices, versées comme elles le sont dans les coutumes païennes et le culte des menhirs qui entourent la demeure? Prise comme dans un songe étrange, Clarissa retourne bientôt ses éléments à son avantage et devient elle-même actrice des rebondissements fantasmagoriques qui secoueront le manoir...

 Le manoir Tudor de Thomas?

  Que dire de ce roman étrange à plus d'un titre? S'il est des plus surprenants, il n'en est en fait que meilleur. La narration omnisciente et très classique, révélant tout des pensées, actions et motivations des protagonistes, peut d'abord déstabiliser et donner l'impression de gâcher le suspens. Mais l'auteure nous attend au tournant et le lecteur ne tarde pas à se laisser prendre au piège, comme un moucheron dans une toile d'araignée : derrière cette écriture un peu surannée, Willa Marsh nous mène en fait par le bout du nez avec malice. Placés comme des spectateurs face à une tragédie grecque, nous assistons à un vrai théatre d'intrigues, de secrets, de passions et de sombres manigances.

Couvertures de l'édition originale anglaise et de l'édition française grand-format.

  W.March dépeint des personnages aux multiples facettes au sein d'une intrigue qui compte autant de revirements qu'elle prend des directions inattendues, passant du noir au burlesque sans jamais devenir brouillonne. Ainsi, la trame de départ qui m'évoquait le Rebecca de D.du Maurier prend rapidement des allures de Rosemary's baby d'Ira Levin tout en se réclamant autant d'un thriller hitchcochien que d'un soap opera (à noter que le titre original du roman, The Quick and the Dead -"les vivants et les morts" - m'évoquait justement celui des Feux de l'Amour : The Young and the Restless... coïncidence?) ! On se demande bien, dans ce sombre et intriguant huit-clos familial glaçant, qui tire les ficelles et ourdit les machinations... De main de maître, l'auteure nous embobine avec un plaisir que l'on imagine presque sadique, et ce jusqu'au dénouement, diabolique.

En Bref: Manoir, menhir, hantise et sorcellerie, arsenic et vieille dentelle. Un huit-clos familial glacial à mi-chemin entre Hitchcock et un soap opera délirant, une intrigue qui fait l'effet d'une sueur froide dégoulinant le long du dos... Effrayant, sournois, délicieux, bref : so' British!


4 commentaires:

  1. Arrgl! Ma PAL est déjà si immense...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha, serais-tu tentée par hasard? Je ne doute pas que cela pourrait te plaire comme lecture ;-)

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Il est mieux que génial, il est grinçant, piquant, machiavélique! niark niark! =P Non, sérieusement, il est vraiment très bien ;-)

      Supprimer