mercredi 2 mars 2016

Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates - Annie Barrows & Mary Ann Shaffer.

The Guernsey literary and potatoe peel pie society, The Dial Press, 2008 - Editions France Loisirs, éditions Nil (trad. de A.Azoulay), 2009 - Editions 10/18, 2011.



  1946, alors que les Britanniques soignent les blessures de guerre, Juliet Ashton, écrivain en manque d'inspiration, entreprend une correspondance avec les membres attachants d'un cercle de Guernesey. De confidences en confidences, la page d'un nouveau roman vient de s'ouvrir pour la jeune femme, peut-être aussi celle d'une nouvelle vie...

« Absolument délicieux ! » Anna Gavalda 



***

  Oui, je sais, j'arrive après la guerre en venant chroniquer ce livre déjà encensé par la critique, plus de cinq ans après sa sortie. Ce n'est pourtant pas faute d'avoir eu mainte fois l'occasion de l'acheter, puisqu'il me faisait de l’œil depuis la première édition française. Finalement, tout juste sorti de la correspondance du roman 84 Charing Cross Road, j'ai voulu poursuivre avec un nouveau récit épistolaire. Aucun autre ouvrage mieux que celui-là ne pouvait convenir, moi qui aime à retrouver des atmosphères similaires d'un livre à l'autre.

 Guernesey dans les années 40...

  Il était une fois, dans l'Europe occupée de la Seconde Guerre mondiale, un petit cercle d’irréductibles anglo-normands qui luttent encore et toujours contre l'envahisseur. Sur la petite île de Guernesey, coupée du reste du monde, une troupe d'éclectiques villageois qui n'a pas respecté le couvre-feu imagine une excuse alambiquée et farfelue pour échapper à une sanction des forces armées, s'inventant des réunions quotidiennes à un psoeudo-cercle littéraire sorti tout droit de leur imagination. De cette trouvaille qui les sauve in-extremis nait alors un véritable club d'amateurs de livres qui réunit désormais ces différents individus dans une passion commune, comme une nouvelle raison d'être et de se réunir encore dans cette période précaire. Quelques années plus tard, alors que la guerre est terminée, une jeune auteure et chroniqueuse anglaise à la recherche d'un nouveau sujet entre en contact par le plus grand des hasard avec Dawsey, l'un des membres du club littéraire et habitants de l'île. Intriguée par ses évocations d'un cercle de "lecteurs et d'amateurs d'épluchures de patates", elle demande à apprendre plus. Lui parviennent alors des dizaines de lettres des différents participants, qui lui racontent leur expérience et leur approche personnelle de ce cercle et surtout de l'occupation allemande. Passionnée par les bribes de vies fantaisistes de ces personnes hautes en couleurs, Juliet s'attache progressivement à eux et envisage de leur dédier son futur livre. Elle ne s'attend pas à ce que ce projet change sa vie du tout au tout.



  Je ne surprendrais personne en disant que ce roman mérite largement le succès qu'il a rencontré. Il est tellement... tellement... hors norme, bouleversant, émouvant, indescriptible. Bref, je me perds et ne sais par où commencer pour vous convaincre qu'il s'agit bien d'une petite merveille. A travers les nombreuses lettres qui composent ce roman, les auteures nous entraînent dans une Angleterre rétro en pleine reconstruction après la Seconde Guerre mondiale. Même ceux qui ont eu la chance de s'en sortir vivant, à l'image de l'héroïne, ont perdu une part d'eux-même à jamais pendant ces six ans d'horreur. On se laisse donc porter par le souffle rafraîchissant de Juliet, partagée entre la nostalgie de l'avant et l'espoir du plus tard. Comme toute l'histoire de ce roman, elle est tantôt légère, tantôt grave mais avec cette lueur d'optimisme toujours bien présente qui nous guide avec elle dans cette aventure épistolaire.

 Soldat allemande pendant l'occupation à Guernesey.

  Les lettres en provenance de Guernesey nous font également découvrir un aspect méconnu de l'Occupation sur les petites îles coupées du monde et des conditions d'autant plus déplorables que cela supposait. Face à de telles horreur, A.Barrows et M.A.Shaffer montrent à quel point la solidarité devient une force face à l'oppression. Car c'est ce qui anime les membres de ce cercle littéraires, dont on découvre peu à peu les lettres : un fermier qui se découvre une passion pour la poésie, une vieille et sage grand-mère so british en diable, un pêcheur passionné de tragédies antiques, ou encore cette jeune femme guérisseuse spécialisée dans les remèdes naturels. Et tous les autres. Tous si différents, si uniques avec leurs bizarreries et leurs manies, mais tous réunis autour de l'amour de la lecture et de leur foi en l'être humain.



  Parsemé de références littéraires qui raviront donc les amoureux de bibliothèques, Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates est donc aussi une véritable aventure humaine pleine de délicatesse et de philosophie, qui nous touche profondément sous son apparente légèreté de feel good book. Je ne peux trop en dire pour ne pas briser le suspense, mais au-delà d'une simple correspondance, cette histoire prend progressivement des tournants surprenants sans jamais s'essouffler, le tout en nous redonnant une pêche magistrale! 


En bref : Un feel-good book surprenant qui prend la forme d'une roman épistolaire tantôt léger tantôt grave. Profonde et spirituelle, cette histoire d'amitié autour de l'amour des êtres et des lettres en plein contexte d'après-guerre est une bouffée d'air pur. 

Et pour aller plus loin...



Besoin d'une lecture similaire?

-(Re)découvrez 84 Charing Cross Road, où la véridique correspondance entre une jeune américaine fougueuse et un libraire londonien sur plus de 20 ans. On y retrouve de nombreuses références d'ouvrages en commun et le même ton altruiste et rafraichissant. 

- Plongez dans Petites Recettes du Bonheur pour les temps difficiles, un roman épistolaire feel good acclamé par la critique et présenté comme le digne successeur du Cercle littéraire d'amateurs d'épluchures de patates.

 

5 commentaires:

  1. Un formidable roman-réconfort ! :-) lu 2 fois et adoré 2 fois !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c' est du pure bonheur ce livre :D Un roman qui le semble dans le même genre, c' est "petites recettes du bonheur par temps difficiles", les couvertures se ressemblent, ce sont tous les deux des romans épistolaires et je crois qu' il y a de nombreux points communs! Il me fait très envie en tout cas.
      je crois me souvenir que tu l' avais chroniqué, d' ailleurs ...

      Supprimer
  2. Ficelle for ever3 mars 2016 à 01:15

    Un succès de librairie bien mérité!

    RépondreSupprimer
  3. Ficelle for ever8 mars 2016 à 00:22

    Oui (bien sûr)!
    Ce n'est pas mon feel-good book car il contient trop d'événements dramatiques et pathétiques pour que je sois rassurée, mais c'est ma faute, je n'ai qu'à m'en tenir Club des Cinq.
    Mais ce fut une belle découverte.

    RépondreSupprimer