lundi 17 juillet 2017

Agatha, es-tu là? - N.Perge & F.Rivière

Editions J.C.Lattès/ Le Masque, 2017.

  Agatha Christie disparaît. Conan Doyle mène l'enquête.

  Le 3 décembre 1926, Agatha Christie disparaît mystérieusement.
« Ni vivante… ni morte… » Ces quelques mots d'un ami médium résonnent fortement dans l'esprit d'un Conan Doyle fatigué. Le vieil auteur de Sherlock Holmes s'est juré de tout mettre en œuvre pour retrouver sa jeune consœur, volatilisée alors que la gloire commençait à poindre avec son dernier roman, Le Meurtre de Roger Ackroyd. Enlèvement ? Assassinat ? Fugue ? Conan Doyle veut comprendre, savoir pourquoi … Mais y a-t-il un pourquoi ?
  Réfugiée dans l’hôtel d'une ville thermale du Yorkshire sous une fausse identité, Agatha Christie cherche un peu de paix. Elle ignore que les chiens se sont déjà lancés sur ses pas…

  Inspiré de faits réels, 
Agatha, es-tu là ? convoque avec insolence et violence deux immenses monuments du roman criminel et fait d'eux les victimes d'une comédie macabre où les masques s'arracheront un à un, à coups de lame.

***

  A l'origine de ce roman, un véritable fait-divers qui a défrayé la chronique littéraire : 1926, Agatha Christie connait son heure de gloire avec le succès de son dernier roman policier. Alors qu'on pourrait imaginer que tout sourit à la jeune romancière, sa vie conjugale bat sérieusement de l'aile en raison de l'infidélité de son époux. Un matin de décembre, on retrouve la voiture d'Agatha non loin de la maison familiale, sa conductrice envolée. Agatha semble s'être tout bonnement évaporée! Dès lors, la presse et la police s'emparent de l'affaire et toutes les possibilités sont évoquées : coup de publicité, suicide, ou... crime passionnel! Conan Doyle, consulté, interrogera même un médium dont il rapportera les paroles suivantes : "Elle n'est ni morte... ni vivante". On retrouvera finalement la Grande Dame du Crime onze jours plus tard dans un hôtel du Yorkshire, soit-disant amnésique mais inscrite sous le nom de la maîtresse de son mari! Le mystère est depuis resté entier et on ignore encore tout des secrets d'Agatha autour de sa disparition. Elle-même refusera d'en parler jusqu'à sa mort, même si l'on raconte qu'elle enregistra ses aveux à destination de sa secrétaire, une révélation post-mortem sur une bande sonore qui se serait avérée... inaudible!

 Coupures de presse relative à la disparition d'A.Christie.

  En s'inspirant de ces événements et de l'anecdote sur Conan Doyle, N.Perge et F.Rivière (LE spécialiste français de la Reine du Crime - il lui a rendu hommage dans de nombreux ouvrages qui lui sont consacrés) nous proposent un roman qui a tout de séduisant sur le papier (et en parlant de papier, même la couverture est à tomber) mais qui, au bout du compte, déçoit profondément à vouloir faire dans le sensationnel inutile. Dommage, car il faut reconnaître d'indéniables qualités de départ à ce roman.

 La voiture abandonnée d'Agatha...

  Tout d'abord, la construction alternant les différents narrateurs tout en égrainant les heures puis les jours apporte une tension dramatique parfaitement réussie et qui nous donne l'impression de suivre l'affaire en temps réel dans les différents espaces sur lesquels elle a un impact. Cela sert autant l'aspect fictionnel de l'intrigue qu'au fil de ces différentes scènes qui s'enchaînent, les auteurs s'amusent à nous mener par le bout du nez et à brouiller les pistes avec talent. A cela s'ajoute une reconstitution historique aboutie, avec une immersion grisante dans les différents univers touchés par l'affaire : la sphère privée, la scène littéraire, puis la radio et le monde de la presse à scandale, enfin le milieu mondain), ce qui nous permet de croiser avec plaisir du très beau Monde (mention spéciale à l'apparition de James 'Peter Pan' Barrie, amie de Conan Doyle que celui-ci consulte au début du roman).

 A.Christie.

  Les personnages sont pour la plupart bien dessinés, Conan Doyle en tête. Les scènes de la vie des Doyle dans leur grand manoir familial sont particulièrement sincères et touchantes, et on redécouvre un portrait fidèle de cet auteur sur le déclin, partagé entre son attrait pour l'occulte et son rapport ambivalent à son personnage de Holmes, qu'il déteste autant qu'il souhaite imiter. Il s'inspire en effet des propres techniques d'investigation de son personnage pour enquêter sur la disparition de Dame A.Christie. Agatha Christie qui, en revanche, me laisse plus perplexe et que j'ai du mal à retrouver dans l'interprétation qu'en font les auteurs.

Sir Arthur Conan Doyle.

  Au final, la déception réside majoritairement dans la sombre affaire que nous inventent Perge et Rivière derrière la disparition de la romancière, et qui la confronte à une bande de voyous malhonnêtes plutôt répugnants, bien loin de l'univers tout en psychologie de la Reine du Crime. Le pire est que les deux auteurs n'arrivent même pas à aller au bout de leur "théorie fictive", tant ils semblent s'emmêler les pinceaux (ou les stylos) dans les éléments de leur histoire qu'ils expédie vite fait bien fait dans ellipse finale qui sonne comme une fuite un peu lâche.

En bref: Une bonne reconstitution historique et un très beau portrait d'A.Conan Doyle, ce qui est d'autant plus dommage que le roman traite surtout d'Agatha Christie, son interprétation laissant celle-là trop à désirer. Les auteurs, dont l'un pourtant spécialiste d'Agatha Christie, s'engluent dans une histoire sans élégance ni saveur.

Et pour aller plus loin:


-A lire : deux autres romans parus quasi-simultanément ainsi qu'une BD, plus ancienne, qui brodent également autour de la disparition d'Agatha Christie :
  - Agatha, de F.Deghelt.
  -Agatha, le chapitre disparu, de B.Kernel 
  -Agatha, la vraie vie d'Agatha Christie, de G.lebeau, A.Franc, et A.Martinetti (qui a par ailleurs signé de nombreux ouvrage sur Christie à quatre mains avec F.Rivière).

-A voir : Le film Agatha, avec Dustin Hoffman et Vanessa Redgrave, qui imagine un complot diabolique derrière la disparition orchestrée de toute pièce par Agatha elle-même.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire