mercredi 8 novembre 2017

La famille Addams - Charles 'Chas' Addams

The Addams Family, The Estate of Charles Addams, 1991 - Presse Pocket, 1992.


  Chas Addams. Voilà quelqu’un qui sert à dîner à ses amis sur une table d’embaumeur et qui célèbre son troisième mariage dans un cimetière pour chiens, la mariée étant, comme il se doit, en noir. Chas Addams est l’auteur qui a donné son nom, dans les années 30, à sa création : la famille Addams. Cet humoriste américain a voulu faire un clin d’œil au cinéma d’épouvante mais a parié sur la sobriété et l’originalité en montrant le quotidien d’une famille de montres.
 
  Ce recueil de dessins est préfacé par Patrice Duvic.


***

  Qui ne connait pas la famille Addams? On a tous déjà vu, à l'occasion d'une soirée d'Halloween et quelque soit notre génération, un épisode de la série des années soixante, l'un des films des années 90, ou une des adaptations en série animée, toujours avec le même plaisir du bizarre. Une mère aux allures de diva vampirique du nom de Morticia, un époux moustachu appelé Gomez, deux enfants -Pugsley et Mercredi (!)- qui passent leur temps à se torturer, une grand-mère un peu sorcière, un majordome aux allures de créature de Frankenstein, un oncle nommé Fétide qui ressemble trait pour trait à Igor, et un étrange animal de compagnie baptisé "La Chose" : on les connait tous, et on les adore au-delà, et peut-être même à cause de leur amusante monstruosité! Ce qu'on ignore encore souvent, c'est qu'avant d'être incarnée à l'écran, cette famille est la création graphique d'un illustrateur américain du nom de Charles (surnommé Chas) Addams (1912-1988) ; petit retour sur la première Famille Addams, grâce à ce recueil paru à l'occasion du premier film de 1992...

Illustration de Chas Addams


  Ce florilège non exhaustif paru chez Pocket réunit quelques une des plus célèbres illustrations humoristiques de Chas Addams : Entre le récit graphique et la Bande-Dessinée, ces cartoons parus entre les années 30 et 60 dans le New-Yorker étaient, il faut le reconnaître, d'un caractère assez unique! L'inspiration esthétique, si elle était à l'évidence calquée sur le visuel des films d'horreur de la Hammer (bicoque victorienne gothique, Morticia en sosie de Carol Brand dans La marque du Vampire, et un majordome au physique de Monstre de Frankenstein), est néanmoins servie dans une ambiance à la fois noire et légère (oui, oui, les deux ne sont pas antinomiques! ). Pas d'effet d'horreur ou d'effusion de sang, pas de transformation spectaculaire ou de manifestation fantastique : au fil de ces nombreux dessins, le bizarre se glisse avec subtilité dans la normalité.

 Agauche : Carol Brand - A droite : Morticia par Chas Addams.


  Aussi, c'est le plus souvent dans la distance entre le dessin dépeignant une scène apparemment ordinaire et l'annotation ou texte l'accompagnant que s'insinue l'étrangeté : Mr et Madame Addams sortent en laissant leurs deux adoraaaables enfants à la nounou, lui précisant qu'il ne lui arrivera rien si elle ne leur tourne jamais le dos (gasp!), Morticia qui explique à ses chérubins qu'ils pourront garder leur nouvel animal de compagnie à condition de bien s'en occuper, sauf que l'animal en question est une créature entre l'iguane géant et le dragon (hiiiiii!)... Souvent, aucun texte ni bulle mais juste un dessin pour lequel l'observation appuyée du lecteur révèlera l'infime détail qui fera délicieusement froid dans le dos : Dans un décor de boutique de taxidermie, on aperçoit l'un des vendeurs sortant les espèces des vitrines pour les brosser comme des animaux vivants (bark!), ou l'oncle Fétide qui aiguise les pics de la grille entourant son manoir (hum...). Ce ton "méchamment gentil" ou "monstrueusement drôle" du détournement a évidemment inspiré l’œuvre de l'artiste Edward Gorey, dont j'avais présenté l'album Les enfants fichus l'an dernier.

 "Chéri, les enfants sont revenus de colonie!"
 

  La petite famille aux allures de monstres est loin d'être la seule création de Chas Addams et d'ailleurs, elle s'est constituée au fil du temps, une évolution que l'on constate dans ce recueil : d'abord n'apparait que Morticia, puis les autres personnages, dont les liens et statuts ne seront pas clairement définis avant les adaptations à l'écran. De plus, cette famille qui prit donc le nom de son auteur lorsqu'il fallut la baptiser n'est pas sa seule création : de nombreux autres dessins pleins d'humour noir sont également présentés dans ce recueil. Certains absolument savoureux s'amusent même de l'implication du lecteur, à l'image de celui-ci :


  On regrette seulement qu'il existe si peu de traductions en France de l’œuvre de Chas Addams : ce rare livre sorti en 1992 et désormais épuisé souffre par ailleurs de son format poche, qui ne permet pas la mise en valeur des très belles illustrations et leurs nombreux détails. Reste un très beau livre récemment paru chez Huginn & Muninn qui revient aux origines de la création, mais on ne serait pas contre quelques rééditions d'ouvrages originaux ou la publications de nouvelles anthologies de cet artiste talentueux.



En bref : Un très bel aperçu des origines graphiques de la famille Addams : des cartoons s'amusant des codes du gothique pour mieux détourner ceux de la normalité (et inversement). Un univers à l'humour noir et subtil qu'on adore!

 

4 commentaires:

  1. ouah tout un maitre en la matiere...j'adore didonc...et la family adams tout un mythe...oui cela donne envie de connaitre Chas...;)

    RépondreSupprimer
  2. C'est drôle, ça fait penser à du proto-Vouch gothique...

    RépondreSupprimer
  3. En effet, ça doit être intéressant de remonter à la source!

    RépondreSupprimer