samedi 10 février 2024

Mort en coulisses (Les enquêtes de Posie Parker #1) - L.B. Hathaway.

Murder offstage : A Posie Parker mystery #1
, Whitehaven Man Press (autoédition), 2014 - Éditions Eyrolles (trad. d'E. Urien & E. Plisson), 2024.
 
    Londres, 1921. Quand son ami d'enfance, après s'être fait dérober un diamant très particulier, devient le principal suspect dans une affaire de meurtre, la détective Posie Parker jure qu'elle blanchira son nom. Aidée de son assistant Len, Posie se rend vite compte que les apparences sont trompeuses, et que le monde glamour du théâtre et des boîtes de nuit londoniennes s'avère bien plus dangereux qu'elle ne l'aurait imaginé. Qui est exactement la dangereuse Lucky Lucy Gibson ? Et qui a-t-elle tué dans le hall de l'hôtel Ritz ? Et plus important encore, qui a bien pu kidnapper Mr Minks, son chat adoré ?
    Plongez dans une première enquête palpitante, en compagnie de l'irrésistible Posie Parker. Entre rires et frissons, vous deviendrez complètement accro !

***

    Son espionne royale, Une lady mène l'enquête, Les aventures de Lady Eleanor Swift, Les enquêtes de Ginger Gold... alors que les damoiselles de l'aristocratie anglaise des années 20 et 30 se réinventent si souvent apprenties détectives, la nouvelle représentante du cosy mystery british, elle, n'a pas de titre de noblesse ni de nom de famille à particule. Repérée de longue date en V.O., la série des Posie Parker mysteries semblait rencontrer un joli succès outre-Manche : écrite et initialement autoéditée par la Britannique L.B. Hathaway depuis 2014, elle met en scène une jeune enquêtrice professionnelle dans le Londres de 1921. Voilà qui nous change des héritières ! Très curieux de découvrir cette nouvelle héroïne, nous avons donc sauté sur l'occasion lorsque la sortie en V.F. a été annoncée chez Eyrolles et que la possibilité de découvrir ce premier tome s'est présentée.
 

    Chez Posie, donc, pas de palais ni de secrets d'alcôve, pas de bals ni de réceptions en grandes pompes chez les nantis. Cette jeune femme tout ce qu'il y a de plus prolétaire a ouvert son agence de détective privée après la Grande Guerre : son frère et son fiancé morts sur le front, son père décédé également, Posie ne peut compter sur personne d'autre qu'elle-même pour subvenir à ses besoins ; elle a donc investi toutes ses économies dans cette entreprise pourtant on ne peut plus risquée. Aidée de son assistant Len, c'est principalement grâce aux talents de ce dernier que le duo gagne tout juste de quoi vivre : expert en filature, il résout les cas de tromperie et d'adultère plus vite que son ombre. Posie, elle, rêve de grands mystères à élucider. L'occasion se présente enfin lorsque Lord Rufus Cardigon, amie d'enfance de son frère, l'appelle au secours. Accusé du meurtre d'un inconnu dans le somptueux décor du Ritz, le jeune homme s'est par-dessus le marché fait voler un très couteux diamant. La caillou se trouvait au doigt de sa fiancée, laquelle semble s'être évaporée dans la nature. Tandis que la presse à scandale s'empare de l'affaire et que la réputation des Cardigon est traînée dans la boue, Posie promet de laver l'honneur de son ami, mais aussi de retrouver la future épouse et le bijou.
 

    Alors que chaque éditeur tente de trouver "son" cosy mystery, cette nouvelle série, comme nous l'avons évoqué plus haut, a le mérité de s'affranchir du modèle désormais récurent de la lady détective. Bien qu'Agatha Christie soit mentionnée dans la bio de l'autrice comme étant l'une de ses grandes inspirations (mais pour quel auteur de romans policiers ne l'est-elle pas ?), l'ombre de la Grande Dame du Crime ne plane pas sur le livre de L.B. Hathaway. Si l'intrigue s'ancre bien dans le Londres des années 20, l'atmosphère et les rebondissements rappellent davantage le pulp à l'américaine (quoi que vu sous un jour plus léger). En effet, l'enquête conduit rapidement Posie dans le milieu des spectacles de variétés où l'envers du décor dissimule bien plus que les loges des artistes. Trafic de diamants, enlèvements et cabarets clandestins rythment ce premier opus.


    Mené tambour battant et assez bien construit, Mort en coulisses se laisse lire avec plaisir. On regrette qu'il ne donne pas plus à voir Posie dans sa toute première affaire, au moment de l'ouverture de son agence (lorsque le livre commence, la jeune détective est déjà installée et son premier "gros" dossier est résumé dans les premiers chapitres). La situation de l'héroïne est assez peu crédible au regard de son époque, surtout s'il faut rémunérer un assistant et une secrétaire en plus de se verser son propre salaire ; quand bien même l'autrice explique plusieurs fois que l'agence pourrait couler à tout moment, on n'aurait pas été contre voir Posie se débattre un peu plus dans le lancement certainement complexe de sa société pour finalement connaître les premiers honneurs.
 

    On pourrait reprocher à ce premier tome ses personnages encore un peu trop lisses, comme en attente de voir leurs contours s'affirmer. A ce stade de la série, ils sont davantage des silhouettes que de vrais protagonistes, exceptés Dolly, la costumière au caractère bien trempé qui vient en aide à l'héroïne dans son enquête et, surtout, l'antagoniste principal, qui a tout d'un Napoléon du Crime à la Moriarty (la révélation finale et la fin ouverte sont à ce titre parmi les meilleurs éléments de ce livre). Quant à Posie, elle présente à coup sûr un potentiel romanesque qu'on a hâte de voir se développer au fil des prochains tomes !


En bref : Une nouvelle série de cosy mysteries qui a le mérite de s'affranchir des modèles trop souvent lus et relus dans le genre. Exit les ladies détectives et les héritières désargentées : Posie est une jeune femme de son temps qui tente le tout pour le tout en ouvrant une agence professionnelle au cœur du Londres des années 20. Ce premier tome, qui évoque davantage le pulp américain ou le roman noir que le polar british traditionnel, réserve néanmoins son lot de surprises et se lit avec plaisir. On poursuivra la série avec joie !


Un grand merci aux éditions Eyrolles pour cette lecture !

1 commentaire: