vendredi 16 mars 2012

L'école des saveurs - Erica Bauermeister


The School of essential ingredients, Putnam, 2009 - Editions Presse de la cité, 2009 - Le livre de poche, 2011.

Un jour, la petite Lilian se lance un défi fou : si elle parvient à guérir sa mère de son chagrin en cuisinant, elle consacrera son existence à la gastronomie. La magie d'un chocolat chaud aux épices opère et, une vingtaine d'années plus tard, Lilian anime tous les premiers lundis du mois un atelier de cuisine dans son restaurant. L'École des saveurs réunit des élèves de tous horizons qui, de l'automne au printemps, vont partager des expériences culinaires, découvrir la force insoupçonnée des épices, capables par leur douceur ou leur piquant, d'éveiller des ardeurs inconnues et de guérir des peines anciennes... Un savoureux roman culinaire, une ode à la gourmandise et aux sens.

Après avoir évoqué les énigmes artistiques comme critère de sélection dans mes lecture, ce livre récemment lu m'amène à parler d'un autre thème central que l'on peut retrouver chez plusieurs "occupants" de ma bibliothèque: la cuisine! Je crois que cela remonte à la première fois où, enfant, j'ai lu Charlie et la chocolaterie en bavant sur les pages à la simple évocation des fantastiques recettes de Willy Wonka, dont je désespérais de trouver les gourmandises en rayon un jour, tellement cela semblait surpasser celles de k*nder!

J'ai retrouvé un plaisir équivalent plus tard, en lisant le sublime Chocolat de Joanne Harris puis d'autres romans tout aussi délicieux tels que Amour et autres enchantements (Garden Spells) et La reine des délices (Sugar Queen) de Sarah Addison Allen (autant de lectures appétissantes auxquelles il me faudra consacrer quelques articles, d'ailleurs!). C'est donc tout naturellement que j'ai cédé à l'achat de ce livre dès qu'il m'a tendu les bras du haut de son présentoir.

Il est resté quelques mois dans ma PAL avant que mon état d'esprit s'accorde à l'atmosphère qu'il laissait présager et que je me décide à l'ouvrir, le dévorant (jamais une métaphore n'aura si bien convenu) presque d'un coup en patientant dans la salle d'attente de mon docteur pour un rendez-vous (c'est qu'il m'aurait presque dérangé, d'ailleurs, lorsqu'il est enfin venu me chercher!^^). Et pourtant, il ne se passe pas grand chose car ce roman ne raconte pas une histoire mais en évoque plusieurs, se concentrant sur un personnage par chapitre. Le premier nous relate l'enfance de Lilian et sa découverte des plaisirs culinaires : alors que sa mère célibataire noie son chagrin dans la lecture, la petite fille parvient à lui redonner le goût de vivre grâce à celui du chocolat chaud et à une recette aussi appétissante et fantaisiste qu'une formule magique. Puis l'on se retrouve vingt ans plus tard: Lilian a ouvert son propre restaurant, où, chaque année, elle lance une nouvelle session de cours de cuisine hebdomadaires. Une nouvelle session débute justement et les nouveaux participants entrent en scène...

De nationalités variées et de générations différentes, ils ne se connaissent mais apprennent à se découvrir au fur et à mesure qu'ils apprennent à cuisiner. Chaque chapitre se concentre sur l'un des élèves de Lilian et sur la recette qu'elle leur enseigne, cette dernière agissant à la façon d'une véritable "madeleine de Proust" sur le personnage. Les parfums et les saveurs réveillent les souvenirs, révélant les blessures secrètes, ranimant les sentiments, ou guérissant les chagrins à la façon de remèdes magiques dont seule Lilian aurait le secret et la connaissance. J'ai adoré ce personnage qui, au final, reste très secret et suscite autant la curiosité de ses élèves que la notre: une fois passé le premier chapitre qui lui est destiné, elle n'intervient qu'en tant que professeur et donne l'impression de lire de façon presque surnaturelle dans l'âme et le passé de chaque protagoniste, leur adressant des clins d'œil malicieux et des sourires entendus. Une sorte de Deus ex machina de la cuisine, en quelques sortes ^^.

Dès le premier cours de cuisine, les nombreuses descriptions m'ont fait craindre un livre de recettes plus qu'un roman, mais pas du tout: chaque préparation est certes minutieusement détaillée, mais avec une telle poésie que la magie a opéré à chaque fois. Je me suis donc laissé porter par les images savoureuses qui me sont venues à l'esprit ainsi que par les histoires de chacun des personnages, tous attachants, et qui nous renvoient nécessairement à nous-même ou à quelqu'un qu'on a pu connaître. A la fois léger et grave, plein de messages et de profondeur sans pour autant en avoir l'air, ce roman se déguste, vraiment.

Ah, et une dernière chose: pour ceux qui, comme moi auront envie de tester toutes les recettes de Lilian, sachez qu'elle sont toutes disponibles sur le site officiel du livre! Alors cliquez ici et foncez aux fourneaux!

3 commentaires:

  1. Il est dans ma PAL. Il faut que je le lise. Chocolat me tente beaucoup aussi. J'aime aussi beaucoup les lectures gourmandes et j'adore lorsqu'on retrouve quelques recettes dans ou à la fin du livre (sur un site, c'est bien aussi). Il y a un roman dont je garde un bon souvenir : Cuisine et correspondance. L'histoire est assez classique mais j'ai adoré l'idée des auteurs d'intégrer des recettes tout au long de l'histoire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je te comprends:par exemple, rien que d'imaginer les recettes de "Amour et autres enchantements" en le lisant, j'en aurais fait des crises d'hypoglycémie! Si tu es intéressée, je les avais trouvé je crois (ou au moins quelques unes...): le site de l'auteur en propose ainsi que les compositions des sandwichs et paninis de "La Reine des délices" =p

      Supprimer
  2. Merci pour cette super info ! J'irai y jeter un oeil. Je ne sais pas si tu as déjà lu des romans de Fannie Flagg mais elle a pour habitude de parler aussi de bons petits plats et nous offre les recettes à la fin de ses romans. Sinon il y a aussi la série Les Filles au chocolat de Cathy Cassidy. C'est jeunesse mais très sympa.

    RépondreSupprimer