mardi 3 juillet 2012

Chapeau Melon et Bottes de Cuir : "l'article de la mort" - Patrick MacNee & Peter Leslie.

Deadline, Hodder and Stoughton, 1965 - Titan Books, 1994 - Huitième Art Éditions, 1995.


Quelqu'un a modifié le texte des discours officiels publiés dans les éditions européennes des journaux britanniques : les gouvernements sont ainsi amenés à rappeler leurs ambassadeurs et les manifestations anti-anglaises éclatent un peu partout à l'étranger.
John Steed et Emma Peel sont chargés d'enquêter incognito dans les salles de rédaction du périodique "Le Courrier", à Fleet Street. Leur mission : mettre au jour et démanteler la "Confrérie", une bande de néo-fasciste qui ne recule devant rien, pas même l'assassinat, pour renverser le gouvernement de Sa Gracieuse Majesté et prendre le pouvoir.






La semaine dernière, je consacrais un article à Chapeau Melon et Bottes de Cuir (The Avenger), ma série télévisée favorite depuis mon plus jeune âge. Disposant de tous les épisodes en dvd, j'ai décidé de me délecter encore un peu de son ton décalé et british à souhait via les nombreux romans proposant des aventures inédites, publiés depuis la création de la série. Je commence cette nouvelle collection avec l'article de la mort (deadline), célèbre pour avoir été co-écrit par Patrick McNee (interprète de John Steed, héros de la série) lui-même! Selon les spécialistes de la série, les sites internet qui lui sont consacrés, ou même les plus fervents adeptes du feuilleton, ce livre fait en cela partie des meilleures novélisations jamais publiées sur l'univers de The Avengers. En effet : qui mieux que l'acteur principal de la série, dont la personnalité a servi de source d'inspiration à son rôle, pouvait écrire plus fidèle adaptation?

Imaginée en 1965, l'intrigue a été écrite en pleine saison 4, qui introduisait la divine Emma Peel (interprétée par Diana Rigg) aux côté de l'agent spécial de John Steed. C'est donc tout naturellement que ce roman les met tous les deux en scène, dans une intrigue typique des épisodes de cette saison. Chacun des épisodes avait la particularité de nous plonger dans un nouvel univers (tantôt une enquête dans le monde du cirque, puis une aventure dans le milieu de la bourse, ou encore dans le secteur de la météorologie quand ce n'est pas la robotique ou l'astronomie, etc...) et d'en exploiter toute la culture et l'imagerie pour servir autant le scénario et ses rebondissements que l'extravagance des décors ou la personnalité des protagonistes, tout en tournant le tout en douce dérision ou en poésie tintée d'un humour certes bon enfant mais jamais convenu. Ce premier des deux livres co-écrits par Patrick MacNee nous immerge quant à lui dans l'univers du journalisme et se déroule en grande partie dans le quartier londonien de Fleet Street, qui a longtemps été le siège des principaux journaux anglais.


  Petit retour sur l'intrigue pour commencer. Depuis quelques temps déjà, les éditions publiées à l'étranger des grands périodiques britanniques font scandale : les articles rapportant les discours des hommes politiques anglais ont été modifiés et les propos qu'ils auraient tenus sont bien peu sympathiques pour les voisins européens de la Grande-Bretagne. Conformément à l'esprit si particulièrement décalé de la série, les discours truqués en question sont surtout à se tordre de rire : quand les textes ne critiquent pas les piètres talents de cuisinière des épouses françaises, c'est par exemple pour se moquer des fautes de goût vestimentaire des célibataires hollandais! Mais ce qui pourrait être pris au premier degré fait polémique dans le monde politique, au point de mettre en froid les divers représentants des pays concernés comme s'il s'agissait de véritables affaires d'Etat! J'ai adoré retrouvé cet humour si caractéristique de la série originale dans la trame de ce roman, et qui me donnait presque l'impression d'être en train de regarder un épisode...


  Comme traditionnellement dans la série, Steed et Emma Peel s'infiltrent ensuite dans l' "univers" mis à l'honneur, toujours en gardant leur véritable identité mais en s'inventant la profession et la vie qui leur permettent de mieux se fondre dans le décor pour mener l'enquête. Comme on peut s'en douter, ils se font passer cette fois pour des journalistes... mais là où d'autres fictions en auraient fait des reporters de premier plan, les codes de The Avengers détournent de nouveau ceux des grands récits d'espionnage et notre héros masculin se voit embauché à la rubrique des potins mondains (!) tandis que sa divine partenaire -certes très féminine mais avant tout femme d'action- s'infiltre chez les crêpeuses de chignons superficielles de la rubrique "mode et beauté". Le tout apporte donc son lot de quiproquos et de passages tordants.


  Mais parce que Chapeau Melon et Bottes de Cuir sait doser les atmosphères, ce ton humoristique alterne aussi avec des scènes intenses dignes d'un film d'espionnage (courses-poursuites et fusillades), mais aussi, sous-couvert d'une trame de prime abord très légère, une intrigue politique exceptionnellement ingénieuse et inattendue. En effet, à l'image des meilleurs épisodes de la série, le mileu apparemment inoffensif où se déroule l'enquête (un petit théâtre des plus ridicules ou encore un standard téléphonique Ô combien banal) s'avère n'être qu'un écran de fumée, l'arbre qui cache la forêt et dissimule une affaire bien plus importante (une secte dangereuse, un groupe d'anarchistes meurtriers ou pourquoi pas des créateurs de robots assassins...). Patrick McNee réussit donc à s'approprier ce même mélange des genres et à surprendre le lecteur en sortant de son chapeau (melon) un complot politique machiavélique et extrêmement bien pensé. De plus, on le sent extrêmement bien documenté sur le milieu du journalisme et la création d'un quotidien de A à Z : je n'aurais jamais imaginé que ce roman puisse être à ce point une telle mine d'information sur ce secteur, de la confection d'un article à sa publication à l'étranger, en passant par son impression et le fonctionnement d'une presse. Plongé dans cet univers délicieusement rétro de machines à écrire, de téléscripteurs et de visionneuses à archives, j'entendais presque le cliquetis des ongles manucurés sur les claviers et les sonneries stridentes des téléphones à cadran! Un régal!

"Mrs Peel, on a besoin de nous!"
  J'ai également adorer retrouver tous les petits éléments propres à la mythologie des Avengers, qui relèvent parfois du détail mais permettent vraiment de retrouver le parfum d'un épisode original : la séquence légendaire du "On a besoin de nous" (véritable gimmick de l'ère Emma Peel, au cours de laquelle Steed avait régulièrement recours à cette phrase -mais de façons plus extravagantes les unes que les autres- pour appeler sa partenaire à enquêter à ses côtés), l'alternance entre scènes d'action puis scènes d'appartements (nos héros retournant déguster un copieux repas -miraculeusement confectionné et servis comme par magie dans leur salon- après une course-poursuite ou une fusillade mortelle), les jeux de mots savoureux, les joutes verbales pleines de piquant et surtout, la relation ambiguë entre les deux protagonistes ou encore l'omniprésence du champagne, symbole de la série qui semble pimenter une scène par la simple évocation de son pétillant.


  En bref : Un livre qui a rempli toutes ses promesses. Patrick McNee a restitué à merveille l'atmosphère de la série, au point que j'ai visualisé l'intégralité du roman comme si je regardais l'un de mes dvd : les images me venaient spontanément à l'esprit, de même que les voix des acteurs se calquaient sur les dialogues ou que la bande-originale résonnait à mes oreilles! Je me suis extrêmement amusé avec cette lecture et j'ai hâte de lire Canard Mortel, seconde novélisation co-rédigée par l'acteur et encore meilleure que celui-ci selon les avis que j'ai pu lire sur le net. Vivement, vivement! =D

Pour aller plus loin:


-Découvrez sans plus tarder Canards Mortels, le second tome écrit par Patrick McNee!

-Découvrez également les novélisations de la série par J.Garforth: Le flambeur flambéDrôles de morts, pop-crime, et Heil Harris.




2 commentaires:

  1. Super petite critique. Moi qui suis fan inconditionnel de la série je ne savais pas trop quoi penser de ces deux ouvrages et me voilà grandement éclairé, je vais tâcher de me trouver cela rapidement au marché noir ^^ Bravo en tout cas pour ce papier et ce joli blog. Antoine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher Antoine, Merci pour ce petit message qui me fait très plaisir! Je ne pensais pas, un jour, avoir un retour d'un autre fan de la série sur cet article, tant j'en croise peu dans mon entourage! C'est un plaisir d'avoir pu vous donner l'envie de découvrir ce livre, et il se trouve que j'ai encore de nombreux romans et BD adaptés de "The Avengers" à chroniquer sur ce blog, vous trouverez donc votre bonheur ici dans les prochaines semaines! =D
      Encore merci, et bonne et heureuse année 2014!

      Supprimer