mercredi 3 février 2016

Mon Histoire : A la cour de Louis XIV (Journal d'Angélique de Barjac, 1684-1685) - Dominique Joly.

Editions Gallimard jeunesse, 2008 - Editions Folio Junior, 2015.

  «Octobre 1684. Marraine m'a pris les mains en disant: "Angélique, vous allez être présentée à Madame, belle-soeur de notre roi. Vous devrez tenir votre rang et resterez attachée à Madame comme l'esclave à sa maîtresse. Il ne faudra jamais montrer ni mauvaise humeur ni découragement." À cet instant, j'aurais voulu fuir très loin d'ici... Je fermai les yeux et me retrouvai peu de temps après face à Madame, la princesse Palatine, comme on la surnomme.»
La vie fascinante d'une demoiselle d'honneur à Versailles, racontée à travers le journal intime d'Angélique.


«Un livre captivant, qui nous tient en haleine du début à la fin» (Actualité de l'Histoire).

«Avec humour et légèreté, Dominique Joly fait véritablement rentrer le lecteur dans l'intimité du château» (InterCDI).

«L'excellente et instructive collection de romans historiques Mon histoire conte, sous forme de journal intime, les combats de jeunes filles à l'aube de leur vie, dans une période historique troublée ou en pleine mutation» (Pariscope).

*** 

  Lorsque l'opportunité d'un partenariat avec Gallimard Jeunesse s'est présentée, cet ouvrage était tout indiqué pour me lancer dans cette alléchante collaboration. Si Gallimard (et donc folio junior) publie certains de mes livres favoris, cela m'a permis de découvrir une collection qui m'attirait depuis un moment : la série "Mon Histoire". Ces romans proposent, à travers le journal fictif d'un personnage majeur ou secondaire de l'Histoire, de (re)découvrir les événements les plus marquants de certaines grandes époques. Publiés en format dur aux allures de carnets intimes ou de vieux livrets, ils sont également réédités en format poche chez folio junior, à l'image de ce titre qui nous invite à remonter le temps jusqu'à la cour du roi Soleil.

 Couverture de l'édition grand format et version temporaire de l'édition poche (qui présente quelques différences avec la couverture définitive).

  L'époque a de quoi fasciner et on ne compte plus le nombre de romans jeunesse (d'ailleurs souvent applaudis) qui s'y consacrent (des Orangers de Versailles aux Colombes du Roi Soleil, sans oublier quelques Ecole des pages ou Couvent de la Reine). Aussi, on peut se questionner sur l'intérêt d'un énième roman sur le sujet, surtout dans le format court d'un one shot. Sachez-le, l'intérêt est pourtant bien là, et la réussite aussi. En effet, je me suis moi-même laissé prendre au jeu de ce joural intime fictif, pourtant réaliste à plus d'un titre.

  Loin de nous conter une histoire dorée à la Cendrillon, l'histoire de cette jeune fille qui devient suivante de Madame la princesse de Palatine, belle-soeur du Roi, est une plongée passionnante dans les coulisses de Versailles, mais aussi dans une réalité religieuse et historique réstituée avec rigueur. Ennuyeux, peut-être trop scolaire, me direz-vous? Pas du tout, et le jeune lecteur sera happé lui aussi par le journal d'Angélique, cette jeune fille qui se retrouve propulsée dans l'univers trompeur de la royauté.

La princesse Palatine, épouse de Monsieur le frère du Roi.

  Tout juste promue demoiselle de compagnie de la princesse de Palatine, Angélique apprend en même temps être protestante de naissance, avant que ses parents aujourd'hui décédés ne la convertissent au catholicisme face à l'intolérance religieuse grandissante en France. En effet, nous sommes en 1684, à l'aube de la révocation de l'Edit de Nantes par Louis XIV, qui va donc proclamer une foi unique pour son royaume. Aussi la tenue du journal alterne-t-elle entre l'enthousiasme de sa redactrice, une spontanéité propre à son jeune âge, et ses doutes quant à ses véritables croyances face au secret de famille qui lui a été révélé. Le souhait de révolte, les ressentiments, les questionnements... tout est restitué avec force et Angélique en devient une héroïne attachante qui se redécouvre elle-même en même temps qu'elle appréhende la triste réalité qui se cache derrière les fastes apparents de la Cour.

  Cet ouvrage nous fait qui plus est entrer dans l'arrière plan du palais royal, et une certaine intimité des courtisans. On découvre un personnage trop peu souvent exploité dans ce type de roman, la Princesse Palatine, une femme pour le moins truculente qui marqua pourtant son époque en se démarquant par sa gouaille et son franc-parler. Après l'aperçu que j'avais eu d'elle dans Les jardins du Roi, j'ai apprécié la redécouvrir ici sous un jour tantôt extravagant, tantôt tendre et presque maternel. Sans oublier qu'elle apporte un nouveau point de vue sur la Cour, à la fois amusant et surprenant.

 Paula Paul, qui interprète avec vigueur la Princesse Palatine dans le sublime Les jardins du Roi, du regretté Alan Rickman ;
(à droite, en compagnie de l'excellent Stanley Tucci en Monsieur le frère du Roi).

  Parallèlement à cette immersion historique très ciblée, j'ai apprécié la seconde lecture du roman, qui touchera les lecteurs de tout âge mais éveillera surtout les plus jeunes à une réalité de tout temps. En effet, à travers le parcours d'Angélique en pleine révocation de l'Edit de Nantes, on prend conscience à quel point l'intolérance religieuse, quelle que soit la minorité ciblée, est malheureusement de toutes les époques...

  En bref : Un récit historique vif et rigoureux mais jamais austère ou trop scolaire. Grâce à une écriture spontanée et pleine d'émotion, on redécouvre l'envers du décor versaillais et l'intolérance religieuse déjà présente à la cour du Roi Soleil. Émouvant et intéressant.

Louis XIV et la révocation de l'Edit de Nantes en 1685.


Un grand merci aux éditions Gallimard pour cette découverte!

Pour aller plus loin:


-Si vous avez aimé ce livre, allez donc découvrir Une princesse à Versailles, un autre roman jeunesse consacré à la Princesse Palatine et qui retrace son arrivée à la cour française.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire