vendredi 13 octobre 2017

Gourmandise littéraire : Le gâteau au chocolat sans farine des Owens.


  Dans le roman d'Alice Hoffman Les ensorceleuses (Practical Magic), les Tantes Owens accueillent leur deux nièces orphelines, Gillian et Sally, qui vivent désormais au gré des sorts inventés par leurs parentes. Magie avérée ou délire de l'imagination, peu importe : derrière l'imposante façade victorienne de la demeure familiale et l'austère apparence des Tantes, la vie dans la grande maison de Magnolia Street s'avère plus fantaisiste qu'on ne le croit. Les règles sont de s'adonner aux petits plaisirs simples du quotidien, dont ceux de la cuisine : grignoter les fruits à même le verger, ajouter du poivre encore et encore à la purée, organiser un goûter improvisé dans le jardin, ou manger du gâteau au chocolat pour le petit déjeuner.


"Ici, il y a du gâteau au chocolat pour le petit-déjeuner! Et on ne s'ennuie pas avec des choses ridicules comme faire ses devoirs ou se laver les dents..." 

Tante Frances à Gillian et Sally, Les ensorceleuses (Practical Magic), film de Griffin Dunne, 1998.

  Une fois devenues adultes, lorsque Sally et Gillian se débattent tant bien que mal avec les signes du destin et autres mauvais présages, le souvenir des pâtisseries du Manoir Owens est toujours aussi présent à leur esprit. Aussi, quand la présence maléfique du défunt petit-ami de Gilly se fait de plus en plus palpable, l'atmosphère, comme oppressante, leur évoque la densité du fameux gâteau au chocolat des jours d'enfance, signe annonciateur que les tantes ne vont pas tarder à débarquer...


"A la maison, Gillian est agitée comme on l'est quand la foudre va tomber. Elle porte un vieux jean bleu et un t-shirt blanc. Elle n'est pas coiffée. On dirait une gamine qui refuse d'aller se changer avant l'arrivée des invités. Mais les invités sont là. Gillian le sent. L'air est aussi dense qu'un gâteau au chocolat fait maison. Le lustre de la salle de séjour commence à se balancer et sa chaîne cliquette, comme une toupie qui s'emballerait. Gillian tire le rideau d'un coup sec et regarde.
- Oh mon Dieu! dit-elle. Les tantes sont dans l'allée..."

Les ensorceleuses (Practical Magic), Alice Hoffman, éditions flammarion, 1996.

  Ce gâteau au chocolat a ceci de particulier qu'il est cuisiné sans farine, un détail oublié de la version française mais que l'on ne peut occulter dans la version originale, où il est bien précisé : "the air is as dens as chocolate cake, the good one, made without flour". Dès lors, on imagine sans peine la texture tassée et épaisse en bouche de ce dessert traditionnel aux allures de fondant...


Ingrédients pour 8 personnes : 

-200g de chocolat noir corsé pâtissier (minimum 64 pour cent de cacao),
-10 cl de sirop d'érable,
-70g de purée de noisette (en épicerie bio),
-3 œufs,
-20 cl de lait,
-une cuillère à soupe d'extrait de vanille liquide,
-une pincée de sel.


A vos chaudrons!

-Faire chauffer doucement le lait dans une casserole avec le sirop d'érable et la purée de noisette. Une fois le mélange très chaud, retirer du feu et ajouter le chocolat noir préalablement coupé en petits morceaux. Remuer jusqu'à ce qu'il fonde complètement et se mêle au mélange de façon homogène. Réserver.
-A part, séparer les blancs des jaunes et faire monter les blancs en neige.
-Dans un récipient, mélanger les jaunes à la préparation chocolatée au fouet, puis ajouter délicatement les blanc en neige à la cuillère.
-Verser la pâte ainsi obtenue dans un moule à gâteau rond d'environ 23 cm de diamètre préalablement couvert de papier cuisson.
-Enfourner pour 30 minute dans un four préchauffé à 180°C. La surface se gonflera et pourra se craqueler légèrement une fois cuit.

A déguster sans modération pour célébrer la magie des goûters de l'enfance!


(Et pour rendre à César ce qui est à César, je précise que cette recette est adaptée d'une recette de fondant de l'auteure culinaire Marie Chioca, dont le blog Saines Gourmandises est une véritable mine d'or. De tous les gâteaux au chocolats sans farine croisés au cours de mes recherches, le sien était de loin le plus appétissant!)

 

6 commentaires:

  1. MIAM ! :-) En plus, les extraits (et la référence en anglais) donnent envie : très beau billet (et beau gâteau) ^_^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Fondant! Et crois-moi, ce gâteau est un régal (et la composition déculpabilise franchement! :) )

      Supprimer
  2. Sans modération... oui oui Pierre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui quoi, la composition est plutôt saine! 😉

      Supprimer
  3. Mmmmiam! J'adore la purée de noisette et le sirop d'érable! Il me faut le faire :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me diras ce que tu en as pensé si tu essayes ;)

      Supprimer