mardi 22 avril 2014

Wicked, la véritable histoire de la Méchante Sorcière de l'Ouest - Gregory Maguire

Wicked, the life and time of the Wicked Witch of the West (The Wicked Years #1), William Morrow, 1995 - Éditions Bragelonne, 2011.

  Dans Le Magicien d’Oz, Dorothée triomphe de la Méchante Sorcière de l’Ouest. Mais nous n’avions que cette version de l’histoire…
  Qui est vraiment cette mystérieuse sorcière ? Est-elle donc si méchante ? Comment a-t-elle hérité de cette terrible réputation ?
  Et si c’était elle, la véritable héroïne du monde d’Oz ?
  Ouvrez ce livre et vous découvrirez enfin la merveilleuse et terrible vérité. Quels que soient vos souvenirs de ce chef-d’œuvre qu’est Le Magicien d’Oz, vous serez passionné et touché par le destin incroyable de cette femme au courage exceptionnel.
  Entrez dans un monde fantastique si riche et si vivant que vous ne verrez plus jamais les contes de la même manière…


***

  Lu il y a un an et listé dans ma sélection d'ouvrages sur le thème du Magicien d'Oz, ce roman attend depuis bien trop longtemps que je le chronique. Car plus qu'un "bon" livre, Wicked mérite certainement l'une des plus belles Théières d'Or de ce blog! Attention, attendez vous à une bombe...
  Gregory Maguire, que j'ai déjà encensé en ces pages pour Mirror Mirror (sombre et somptueuse réécriture de Blanche Neige) écrit Wicked en 1995, livre qui le fait connaitre et devient rapidement best-seller. Le pitch du roman : l'Histoire de la Méchante Sorcière de l'Ouest, ennemie jurée de Dorothy et figure maléfique en titre du Magicien d'Oz de L.F.Baum. Plus qu'une simple réécriture du classique racontée du point de vue de ce personnage, plus qu'une préquelle, et plus qu'un exercice de style effectué juste "pour la forme", Wicked est tout cela à la fois et bien plus encore. Destiné à un lectorat adulte, cette biographie -du berceau au cercueil- de la Sorcière de l'Ouest est un ouvrage d'une densité impressionnante et d'une rare qualité.

 
Couvertures de l'édition originale américaine et de deux éditions britanniques.

  Parfois cru, souvent sombre et complexe, Wicked s'approche davantage de la fable philosophique et suscite une telle réflexion sur la nature humaine que le lecteur en sort retourné, voire angoissé. En croisant l'univers féérique imaginé par L.F.Baum et en s'inspirant de l'iconographie légendaire du célèbre film musical de la MGM, Maguire utilise ce roman comme prétexte à de sérieuses et tortueuses interrogations : Comment nait le mal et quel est sa véritable nature, pour peu qu'il existe réellement?
  
 
Couvertures des éditions portugaise et turque.

  On suit donc la sorcière, baptisée Elphaba (jeu de mots phonétique sur les initiales de Lyman Franck Baum : "L.F.Ba."), dès sa naissance au sein d'une modeste famille de fermiers d'Oz. Monstrueux bébé à la peau verte, son anomalie physique semble être la marque d'infamie qu'elle est condamnée à porter pour le péché d'adultère commis par sa mère. La fillette apprend à grandir malgré les moqueries ou craintes que suscite son apparence étrange, se forgeant par là-même un tempérament frontal et décidé, et se plongeant dans la lecture ou l'étude des sciences avec acharnement et passion. Devenue une jeune fille indépendante, Elphaba s'affranchit des codes classiques de ses contemporaines et s'affiche comme une figure féministe, gagnant même sa place dans l'une des plus grandes universités du Pays. Elle y rencontre Galinda (qui deviendra plus tard... Glinda!), jeune noble frivole dont elle se rapproche malgré leurs divergences d'opinion.
  Parallèlement, le pays d'Oz se voit marqué du plus grand événement historique de tous les temps: un étranger qui se dit Magicien est tombé miraculeusement du ciel en montgolfière. Séduits et impressionnés par ses talents de prestidigitateur et son arrivée prodigieuse, les habitants d'Oz voient en lui un messie et en font leur empereur. Installé sur le trône de la Cité d'émeraude, le Magicien se voit conférer les pleins pouvoirs de contrôle et de décision et instaure son nouveau gouvernement. Les habitants d'Oz n'ont pas le choix et doivent se soumettre à sa politique s'il veulent vivre en harmonie : fermer les yeux sur l'esclavage qui se met en place ou faire mine d'ignorer le détournement des richesses.
   Elphaba, qui ne voit en ce souverain qu'un mystificateur, se détourne de sa doctrine et tente tout son possible pour dénoncer ses malversations. Son engagement marque le début de sa perte : en s'opposant ainsi au pouvoir en place, elle se retrouve désignée comme ennemie publique numéro 1 de l'Empire. L’Etat diffuse alors d'elle l'image d'une meurtrière, d'une hérétique, d'une... Sorcière. Ainsi s'écrit la légende.

 
Ephaba : entre la Sorcière telle que pensée par L.F.Baum
 et son inoubliable interprétation verdâtre pour le cinéma.

"Plus nous devenons civilisés, plus nos amusements se font horribles."

  En s'appropriant le mythologie créée par L.F.Baum, Maguire s'attache en fait à rédiger une troublante métaphore des bouleversements politiques, théologiques et sociologiques qu'a pu connaître l'Humanité. Conte philosophique tortueux et dérangeant, Wicked explore de nombreux chemins de réflexion et montre notamment que les notions de Bien et de Mal n'existent pas : l'un et l'autre se trouvent en fait créés entièrement et désignés arbitrairement par les vainqueurs qui écrivent l'Histoire et la refondent au filtre de leur propre idéologie. D'une plume magistrale à tout point de vue, Maguire nous donne aussi à voir l'avènement d'une dictature : comment s'approprier les rennes d'un Etat de façon toute simple sur la base de la manipulation, de l'esbroufe ou de l'artifice. Un jeu de marionnette et d'ombres chinoises à grande échelle, en somme.

"La seule certitude avec la véritable nature du Mal, c'est qu'elle est secrète."

  Adapté sur les planches de Broadway, Wicked est devenu un musical maintenant plus célèbre que le roman, même s'il n'explore pas le sens profond du livre et s'en tient au simple divertissement scénique. Depuis, de multiples projets, tous avortés, envisageaient d'adapter l’œuvre de Maguire ou le show en dessin-animé, film ou série... Le regain d'intérêt pour l'univers d'Oz (notamment le film de Disney) semble avoir remis l'idée au goût du jour. Espérons que le résultat (si résultat il y a) sera à la hauteur du chef-d’œuvre de Maguire!

 
 Wicked, le musical désormais culte.

  En Bref: Véritable tour de force littéraire, Wicked est tout à la fois réécriture, préquelle, hommage et œuvre philosophique. Explorant de multiples horizons et suscitant autant de réflexions sur la nature humaine que sur la politique ou la religion, ce roman brasse de nombreux sujets sans jamais s’essouffler, ni perdre en profondeur. Un peu comme si L.F.Baum avait dévoré Levi Strauss ou Platon au petit-déjeuner... Juste époustouflant.

Elphaba, par l'artiste Mab Grace
(un coup de crayon à la Benjamin Lacombe, non?^^).


Et pour aller plus loin...


Si vous avez aimez ce livre, vous aimerez peut-être:

-D'autres romans de Maguire, notamment ses réécritures sombres et tortueuses de contes classiques:
  ~ Mirror, Mirror, troublante relecture de Blanche-Neige recontextualisée sous le règne des Borgia.

-D'autres réécritures de contes s'attachant au point de vue du "Méchant de l'histoire":
  ~White as Snow, qui s'attarde sur la Méchante reine de Blanche-Neige avec là aussi de nombreuses réflexions sur la religion et la politique d'un royaume. Ou encore Fairest of All, là aussi une biographie de la Méchante Reine mais avec pour référence de base le dessin-animé Blanche-Neige de Disney.
 

-Le film Disney Le Monde fantastique d'Oz (Oz the great and powerful) -ou sa novélisation en roman par E.Rudnick- qui raconte sous forme de préquelle une autre version de l'histoire de la Méchante sorcière de l'Ouest au travers du parcours du Magicien.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire